Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’île Maurice croit au cyclotourisme

Ce joli caillou de l’océan Indien a créé une association pour se positionner comme une destination « cyclist friendly ». Pas si simple dans un lieu encore inadaptée.

Patrick Haberland est un fondu de vélo. Cet ex-champion cycliste a créé Yemaya Adventures, une société qui organise quelques parcours de VTT. En novembre dernier, il a d’ailleurs accompagné une vingtaine de mordus de deux roues, dont Laurent Jalabert, dans le cadre de la « Semaine Look Premium » (472 km). Le vélo, c’est une passion que partage aussi Robert Desvaux. Le président de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA) est d’ailleurs décidé à montrer que son île est un joli terrain de jeu pour la petite reine. Avec lui, quelques passionnés ont annoncé en septembre 2009 la création de l’Association du cyclotourisme mauricien. Dans la foulée, la MTPA a distribué aux automobilistes un autocollant intitulé « I am Cyclist Friendly » (« Je suis sympa avec les cyclistes », ndlr). C’est un levier pour optimiser la sécurité des amateurs de vélos. Découvrir les charmes de l’île en pédalant est séduisant sur le papier. Mais le pays n’a pas de pistes cyclables ni de carte ad hoc pour le découvrir du haut de sa selle. « L’association travaille sur la création de cartes », précise Patrick Haberland. Les routes sont étroites, et la circulation très dense, notamment dans le Nord. Sans compter que les Mauriciens roulent à gauche. « L’Est et le Sud sont plus tranquilles », ajoute Patrick Haberland, qui préfère organiser ses randonnées sur des chemins de terre. « L’idéal serait d’aménager des pistes cyclables sur les anciennes voies de chemin de fer. Il faut étudier cette hypothèse. ». Avis aux amateurs, le transport des vélos est inclus dans la franchise sur Air France (jusqu’à 20 kg) comme sur CorsairFly (jusqu’à 25 kg). Au-delà de ce poids, les passagers paient la somme forfaitaire de 80 E et 10 E le kilo supplémentaire respectivement.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique