Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Hôtels, coupe-files, restauration… Disneyland Paris accélère sa digitalisation

De nouvelles fonctionnalités intègrent l’application du site touristique privé le plus visité d’Europe. Entretien exclusif avec Juliette Bron, vice-présidente Digital & Data Technology pour Disneyland Paris.

L’Echo touristique : Pourquoi Disneyland Paris accélère-t-il la digitalisation ?

Juliette Bron : Disneyland Paris a entamé sa transformation digitale il y plusieurs années maintenant. Avec un objectif simple : utiliser les outils digitaux pour améliorer et fluidifier l’expérience du visiteur, dans nos parcs comme dans nos hôtels. Nous voulons que notre application soit comme une baguette magique pour eux ; qu’elle leur permette de mieux s’informer sur la destination, de mieux préparer leurs séjours dans nos hôtels, et de mieux profiter de nos parcs et de nos autres installations. Ces nouvelles fonctionnalités s’inscrivent dans cette logique.

Que peut-on faire de plus, désormais, avec l’application ?

Juliette Bron : Parmi nos nouveautés les plus emblématiques, nous proposons désormais un enregistrement en ligne, via l’application, pour tous les clients de nos hôtels. Ils peuvent s’enregistrer avant leur arrivée, et gagnent ainsi du temps, puisqu’ils n’ont pas à passer par le desk de l’hôtel, qui sera cependant toujours ouvert en cas de besoin. Une fois que leur chambre sera prête, ils recevront une notification, et n’auront plus qu’à se rendre devant leur chambre pour obtenir leurs clés. D’autres expériences proposées dans nos hôtels, comme la Super Hero Station du Disney’s Hotel New York – The Art of Marvel, qui rencontre déjà un grand succès, peuvent également être réservées directement via l’application.

Et pour ceux qui ne séjournent pas dans l’un des hôtels de Disneyland Paris ?

Juliette Bron : Nous avons également développé FoodHub. C’est une fonctionnalité qui permet de découvrir toute notre offre de restauration par thématiques, prix, localisation. Avec cet outil, les clients peuvent désormais réserver leurs tables plusieurs mois avant leur visite. Nous pérennisons également le service gratuit StandBy Pass, lancé il y a quelques mois. Il permet aux visiteurs de passer une partie du temps d’attente en dehors de la file d’attente physique. Cet outil peut être activé à certaines périodes de la journée en fonction des besoins quotidiens dans les parcs. Lorsqu’il est activé, les visiteurs peuvent réserver un créneau horaire et rejoindre la file d’attente physique d’une attraction à l’horaire demandé. Encore une fois, c’est un gain de temps pour nos visiteurs.

Les FastPass ne reviendront pas ?

Juliette Bron : Nous avons arrêté ce service l’année dernière, et, en effet, nous ne les proposerons plus. StandBy Pass est la version digitale du FastPass. Par ailleurs, nous lançons également Disney Premier Access, un système de coupe-file payant (à partir de 8 euros par personne et par attraction en fonction de l’attraction et de la date d’utilisation, NDLR), qui sera, encore une fois, disponible via l’application mais aussi via des points de vente physiques dans les parcs et les hôtels.

Le déploiement de ces nouveaux services était demandé par vos visiteurs, ou c’est Disneyland Paris qui veut inciter à l’évolution des usages digitaux ?

Juliette Bron : La culture de notre entreprise a toujours été centrée sur l’expérience de nos visiteurs, que nous cherchons constamment à améliorer. Et les outils digitaux permettent de répondre à de nombreuses difficultés qu’ils peuvent rencontrer pendant leurs visites. Donc nous nous inspirons fortement de leurs retours d’expérience pour définir les outils que nous devons développer en priorité. Par exemple, le FoodHub était attendu. Et la fermeture contrainte de Disneyland Paris nous a permis d’accélérer son développement. Depuis son lancement, 80% des réservations effectuées le sont via l’application, contre 20% pour le centre d’appels. L’année dernière, toutes les réservations passaient encore par là… ça prouve que l’appétence de nos visiteurs pour ce genre de services est réelle.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique