Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Georges Colson répond à ses détracteurs

Face aux critiques, le président du Snav a envoyé un message d’union et fait valoir le travail effectué par les bénévoles depuis son arrivée à la tête du syndicat.

C’est devant un parterre clairsemé que s’est tenue, le 16 mars, l’assemblée générale du Syndicat national des agences de voyages (Snav). L’occasion pour Georges Colson, président depuis un an, de répondre à l’impatience et aux critiques de certains adhérents, en particulier les indépendants, qui reprochent au Snav de ne pas défendre leurs intérêts. Les démissions de certains d’entre eux, dont Adriana Minchella, présidente du conseil des distributeurs indépendants, et surtout de Francis Legros, vice-président, n’ont fait que jeter de l’huile sur le feu. Georges Colson doit aussi faire face aux velléités d’indépendance toujours vivaces des TO de l’Association de tour-opérateurs/ Ceto. L’absence de René-Marc Chikli, président du Ceto, a d’ailleurs été remarquée.

Une réponse aux indépendants

Dans ce contexte, le président du Snav n’a cessé d’appeler à l’unité. Nous devons continuer à travailler ensemble, rester unis car la division ne mène à rien. Face à ceux qui lui reprochent de ne pas avoir mené à bien la réforme des statuts du syndicat, il a rappelé les avancées réalisées depuis un an (refonte de la loi de 1992, mesures d’accompagnement suite au passage à la commission zéro, récupération de la TVA, projets développés en commun avec l’APS, négociations avec la SNCF qui s’achèveront le 31 mars). Georges Colson a par ailleurs annoncé la reprise prochaine des discussions avec les partenaires sociaux, pour réviser la convention collective régissant les métiers du secteur. Enfin, il a rappelé que la réforme des statuts restait à l’ordre du jour, malgré la difficulté de dégager un consensus. Ce chantier pourrait aboutir à l’automne, avec une assemblée générale extraordinaire pour adopter les statuts, après Top Resa.

Fort de ces réalisations, le président a souhaité que cessent les critiques systématiques de certains qui, selon lui, nuisent à la politique de recrutement. Les échanges doivent être constructifs. Il faut respecter l’engagement des bénévoles, a-t-il insisté, assurant qu’il n’y a pas d’injustice ou de non-reconnaissance de certaines familles de la profession.

Une réponse aux indépendants, dont certains ont dénoncé leur faible participation aux instances de décision. Sur les 12 présidents de commission, pas un seul n’est issu de leur famille, alors que nous contribuons le plus au budget du Snav, a-t-on entendu dans la salle. Selon Gilles Berl, le trésorier du Snav, ils représenteraient en réalité 29 % des cotisations. Nadine Pawlak, présidente du Clair (qui regroupe les chambres régionales), a tenu à rappeler par ailleurs qu’en région, le Snav travaillait avec tout le monde, et notamment les indépendants.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique