Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Florence/Oltrarno

« A Florence, il n’est pas facile de traverser l’Arno. D’abord parce que le Ponte Vecchio, emblème universel de la ville, est toujours pris d’assaut par les touristes. Mais surtout car il est impossible de résister à la tentation de fouiner, à la recherche de la perle rare, dans les minuscules échoppes des bijoutiers et des orfèvres qui habitent sur le pont depuis le XVIe siècle. Le vénérable ouvrage traversé, la masse des touristes devie

A Florence, il n’est pas facile de traverser l’Arno. D’abord parce que le Ponte Vecchio, emblème universel de la ville, est toujours pris d’assaut par les touristes. Mais surtout car il est impossible de résister à la tentation de fouiner, à la recherche de la perle rare, dans les minuscules échoppes des bijoutiers et des orfèvres qui habitent sur le pont depuis le XVIe siècle. Le vénérable ouvrage traversé, la masse des touristes devient moins dense d’un seul coup. On entre alors dans ce que les Florentins appellent l’Oltrarno, un enchevêtrement de ruelles médiévales occupées depuis très longtemps par des vieilles boutiques d’antiquaires, d’artisans du cuir ou de menuisiers. A tout seigneur tout honneur, il faut tout de même aller jeter un coup d’oeil au massif Palais Pitti, ancienne résidence des Médicis, qui renferme une collection d’oeuvres d’art à donner le tournis. Juste en face, au 58 de la via Guicciardini, une plaque rappelle que la demeure a accueilli le géographe et astronome Paolo Toscanelli, qui n’a rien fait de moins que de cartographier la route maritime des Indes par l’ouest. Et ainsi posé les bases de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb ! En entrant à nouveau dans le labyrinthe, rien de mieux que de se laisser aller à flâner pour découvrir les minuscules placettes agrémentées de trattorias à l’ancienne, toutes parquetées et exhibant fièrement mortadelles et jambons. A moins de pousser la porte d’une cave à dégustation, pour tester

le must des crus de Chianti : le vino nobile de Montepulciano. A consommer sans modération… puisque, fort heureusement, on est à pied !

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique