Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Face aux restrictions, la Deutsche Bahn ne veut pas opérer en France, mais…

L’opérateur allemand ne voit « aucune chance d’entrer sur le marché français ». Mais s’intéresse de plus en plus à l’Eurostar et à Thalys.

Des trains de la Deutsche Bahn, concurrents du TGV sur le sol français ? Ce n’est pas pour demain. La semaine dernière, Joachim Fried, le vice-président du groupe de ransport allemand chargé des affaires européennes de la concurrence et de la régulation, a dénoncé devant la presse « les restrictions » imposées par la France aux potentiels opérateurs ferroviaires qui voudraient profiter de l’ouverture à la concurrence du marché des relations internationales, effective depuis le 13 décembre 2009. « L’obligation de réaliser au moins 50 % du trafic avec la clientèle étrangère sur le réseau français, les augmentations annoncées des péages les prochaines années, les procédures administratives très lourdes, la complexité technique des rames ICE circulant en France, rendent le produit trop cher et trop fragile », a expliqué le dirigeant. « Nous ne voyons aucune chance d’entrer sur ce marché », a-t-il ajouté. Loin de vouloir affronter la société nationale, celui-ci estime au contraire que « dans ces conditions, nous ne voyons aucune alternative à la collaboration avec la SNCF ». En revanche, d’autres liaisons intéressent Deutsche Bahn, comme Londres et dans une moindre mesure Bruxelles-Cologne. « Londres ? C’est intéressant, surtout si les autorités du tunnel veulent réviser les systèmes de sécurité, rendant le prix plus attractif », a remarqué Joachim Fried. « Une politique de coopération avec la SNCF est même à mon sens nécessaire », a-t-il ajouté. Entre Bruxelles et Cologne, axe sur lequel la DB place plusieurs ICE par jour en concurrence avec Thalys, l’opérateur allemand se montre favorable à une « renégociation pour faire un système incluant Thalys avec, par exemple, la possibilité de rendre les billets DB et Thalys échangeables ». Pas si sûr que la SNCF soit favorable à ce genre de discussion, dont le corollaire pourrait être une éventuelle augmentation de la part de la DB dans le capital de Thalys.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique