Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Des bateaux sur leur petit nuage

« C’était il y a une dizaine d’années. Les Italiens et les Anglais se ruaient vers les premiers grands resorts en bord de mer Rouge pour se prélasser sur des bains de soleil ou faire des ploufs embouteillés dans l’eau. Tous les professionnels affichaient une moue condescendante sur ce tourisme, prédisant, comme dans une pub célèbre, que « ça ne marchera jamais » sur le marché français, forcément culturel, exigeant, actif. Aujourd’hui, ce

C’était il y a une dizaine d’années. Les Italiens et les Anglais se ruaient vers les premiers grands resorts en bord de mer Rouge pour se prélasser sur des bains de soleil ou faire des ploufs embouteillés dans l’eau. Tous les professionnels affichaient une moue condescendante sur ce tourisme, prédisant, comme dans une pub célèbre, que « ça ne marchera jamais » sur le marché français, forcément culturel, exigeant, actif. Aujourd’hui, ce type de séjours représente 60 % des packages vendus sur l’Égypte, a sauvé le marché français du marasme plusieurs fois et assure aujourd’hui sa croissance (lire page 4). Et si on transplantait ce même resort sur une coque d’acier, soutenant un millefeuille de ponts équipés de centaines de cabines et se promenant de port en port ? Autrefois confinée au rang de curiosité gériatrique, la croisière est devenue incontournable sur le marché hexagonal. Chez AS Voyages, Costa assure avec Fram et Vacances Transat les trois quarts des ventes des 24 TO du Top 14, selon son coprésident, Jean-Pierre Mas. La quatrième édition du Jour le plus long de la croisière devrait encore montrer toute la vitalité du secteur et prouver ainsi qu’il pourrait également réaliser dans les années à venir la croissance la plus longue du tourisme. Depuis deux ans déjà, celle-ci dépasse les 10 % et 2010 ne devrait pas déroger à la règle, selon l’AFCC (Association française des compagnies de croisière). En jouant sur le développement de l’offre, les compagnies ont réussi à susciter une demande pérenne, d’autant que ces produits, à l’instar des clubs, permettent aux clients de maîtriser (à peu près) leur budget, tout en garantissant un bon rapport qualité/prix. Autres atouts, ces clubs flottants ont la faculté de se déplacer sans qu’on refasse sans cesse ses bagages et assurent un bon niveau de sécurité. Ce qui n’est pas un argument mineur en ce moment.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique