Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

D’après le WWF, la faune déserte le Massaï Mara

Selon un récent rapport, la faune a décliné dans la réserve kenyane entre 1989 et 2003. Les TO qui vendent la destination réagissent vivement.

Dans la réserve Massaï Mara au Kenya, le nombre d’animaux sauvages a chuté entre 1989 et 2003. C’est la conclusion d’une étude réalisée par les chercheurs de l’Institut international de recherche sur le bétail (ILRI), financée par le Fonds mondial pour la nature (WWF), et publiée dans la revue britannique Journal of Zoology. Les chiffres donnent le vertige : 95 % des girafes, 80 % des phacochères, 76 % des antilopes et 67 % des impalas auraient disparu. Ces statistiques s’appuient sur des relevés mensuels réalisés pendant ces quinze ans.

Interrogé par nos soins, Interface Tourism, qui représente le Kenya Tourist Board en France, tient à donner deux précisions. Tout d’abord, le rapport concerne le seul parc du Massaï Mara, situé au sud-ouest du pays. De plus, la destination compte une cinquantaine de parcs qui « se consacrent à la préservation de la faune et de la flore », de concert avec le Kenya Wildlife Service (KWS). Parmi les parcs que programment les TO pour des safaris, celui du Massaï Mara tient la vedette, avec Amboseli et le Tsavo. Les Massaï sont tenus responsables du déclin de la faune pointé par les chercheurs, en raison du développement de leurs villages et de leurs cheptels aux abords du parc qui porte leur nom. Mais, relativise Interface Tourism, ils travaillent en collaboration avec l’industrie touristique, afin d’établir des « zones de conservation ». Les safaris représentent une manne importante pour eux, et pour le pays dans son ensemble. Le tourisme de faune génère près de 15 % des recettes en devises du pays. Notons au passage qu’il est d’ailleurs interdit de chasser, ou d’allumer des feux dans les parcs nationaux.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique