Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Coronavirus : les compagnies de croisières renforcent leurs mesures

Les membres de Clia refusent désormais l’accès à leurs navires aux passagers ayant séjourné en Chine continentale au cours des dernières semaines.

Les compagnies de croisières sont de plus en plus prudentes pour prévenir une éventuelle présence du coronavirus à bord de leurs navires. En effet, après la réorganisation de leurs activités opérationnelles en Asie (MSC, Costa) et la mise en place de protocoles de santé (questionnaire, désinfection, contrôle de l’état de santé des passagers à chaque escale, …), les plus grands opérateurs de croisières renforcent leurs mesures de précaution.

Depuis le vendredi 31 janvier, « aucun passager, visiteur ou membre d’équipage de toute nationalité ayant voyagé depuis, vers ou via la Chine continentale au cours des 14 derniers jours ne sera autorisé à monter à bord des navires Costa », indique par exemple la compagnie de croisières dans un communiqué. La veille, Royal Caribbean Cruises avait annoncé l’interdiction de ses navires « à toute personne ayant voyagé depuis, vers ou via la Chine continentale » au cours des 15 derniers jours, « indépendamment des questions de nationalité ».

« L’industrie de la croisière, l’une des mieux équipées »

De son côté, MSC Croisières a également interdit l’accès à bord à « quiconque aurait voyagé en Chine durant les 30 derniers jours ». « Une désinfection en profondeur est effectuée sur chacun des navires de la compagnie et les mesures antibactériennes sont renforcées », ajoute le groupe. Des mesures qui correspondent aux recommandations de la Cruise Lines International Association (CLIA), qui rappelle dans un communiqué que « l’industrie des croisières est l’une des mieux équipées et expérimentées en matière de gestion et de suivi des conditions de santé des passagers et de l’équipage ».

Ces mesures sont prises alors qu’un vent de panique traverse l’industrie du tourisme et le monde face à l’épidémie de coronavirus, qui a déjà fait 360 victimes en Chine et aux Philippines. La semaine dernière, les quelque 7 000 passagers du Costa Smeralda, membres d’équipages inclus, sont restés bloqués une douzaine d’heures dans le port de Civitavecchia, en Italie, après une suspicion de coronavirus à bord. Les tests menés par les autorités italiennes se sont finalement avérés négatifs.

Si elle devait perdurer, l’épidémie de coronavirus, qui entraîne l’isolement de dizaine de millions de Chinois, pourrait aussi freiner l’expansion de l’industrie de la croisière en Asie. Le continent constitue le troisième marché, en volume, pour les croisières, derrière les Etats-Unis et l’Europe. Selon les chiffres de CLIA, 4,24 millions d’asiatiques ont pris part à une croisière en 2018.

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique