Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le virage vert de Costa Croisières pour rester pionnier

La compagnie de croisières italienne, qui revendique toujours le statut de leader sur le marché français, compte sur le Costa Smeralda pour démontrer son virage durable.

« La fin de 10 années de recherches, et le début d’une nouvelle ère » : voilà comment Raffaele d’Ambrosio, vice-président de Costa Europe du Nord (le pôle dont fait partie la France), parle de la mise en service du Costa Smeralda. Le navire, qui peut accueillir plus de 6 500 passagers, est le premier de cette dimension à cumuler les technologies les plus récentes, à commencer par la très médiatisée propulsion au gaz naturel liquéfié (GNL).

« Au-delà de la réduction des émissions de CO² et des autres gaz à effets de serres, c’est une nouvelle façon de travailler que nous sommes en train de construire au sein du groupe Costa », poursuit Raffaele d’Ambrosio. « La propulsion du navire, l’utilisation de l’eau à bord, le tri des déchets, le gaspillage alimentaire, … : sur tous ces sujets, nous avons redéfini nos process pour assurer la durabilité de notre activité », indique Raffaele d’Ambrosio.

« Un coût et une prise de risques »

Par exemple, Costa Croisières conduit un projet avec Aida Cruises, une autre compagnie du groupe Carnival, pour permettre l’utilisation de batteries électriques lors des manœuvres portuaires. « Sur le plan alimentaire, notre programme 4Goodfood est une vraie réussite : nous avons distribué 170 000 repas, depuis 2017, dans 10 ports, dont 10 en France », illustre Georges Azouze, l’emblématique président de Costa Croisières en France.

Avec toutes ces initiatives, la compagnie créée en 1948 ambitionne de rester pionnier dans l’industrie de la croisière. « Pour Costa, cela représente un coût, et c’est une prise de risque, mais c’est ce genre d’initiatives qui font de nous les leaders de l’industrie », explique Georges Azouze. Car c’est bien le statut que revendique la compagnie, au moins sur le marché français, et ce malgré la croissance continue de MSC Croisières depuis plusieurs années. « Nous ne pouvons pas dévoiler nos chiffres de l’année 2019, c’est la politique du groupe. Mais nous pouvons affirmer qu’ils sont supérieurs à ceux annoncés par notre concurrent », lâche Raffaele d’Ambrosio. Pour rappel, MSC Croisières annonce avoir convaincu 235 000 passagers français en 2019.

De nouvelles « grandes croisières »

Sur un aspect purement Produits, Costa essaie aussi de se démarquer, en lançant des « grandes croisières » en Méditerranée et dans les Amériques, avec des itinéraires étalés sur plus de 30 nuits. Une nouvelle ligne de produits qui s’inscrit directement dans la tendance des tours du monde en croisière, très recherchés par les croisiéristes français. Là aussi, Costa tente de se démarquer de la concurrence avec une édition 2021 qui contournera l’Afrique, en faisant un détour par les Indes, avant de rejoindre l’Amérique du Sud et les Caraïbes. « Un produit pensé pour nos repeaters », indique Georges Azouze.

Pour l’heure, c’est toujours le Costa Smeralda qui fait la fierté de la compagnie. Le nouveau paquebot sera d’ailleurs présenté aux agents de voyages français lors d’une série d’éductours prévus au mois de février. Son navire jumeau, le Costa Toscana, lui aussi propulsé au GNL, sera mis en service en juin 2021.

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique