Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Coronavirus : le bilan dépasse 2000 morts, mais l’OMS se veut rassurante

Face au coronavirus, l’OMS déconseille toute mesure disproportionnée, comme des restrictions fortes de voyages.

Le nombre de contaminations en Chine continentale a atteint mercredi 74 185, soit 1 749 de plus que la veille, la plus faible hausse en un mois. Ailleurs dans le monde, environ 900 personnes contaminées ont été recensées, dans une trentaine de pays. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) se veut toutefois rassurante : hors de la province centrale du Hubei, épicentre de l’épidémie, la maladie « touche une très petite proportion de la population », avec un taux de mortalité d’environ 2%. Depuis quelques semaines, la Chine place de facto en quarantaine la quasi-totalité du Hubei. En dehors de la province, seuls 56 nouveaux cas ont ainsi été recensés mercredi sur les dernières 24 heures.

Annulation d’événements majeurs

Au total, le bilan en Chine continentale atteint désormais 2 004 morts. Ailleurs dans le monde, cinq décès ont été enregistrés jusqu’à présent, aux Philippines, à Hong Kong, au Japon, à Taïwan et en France).

Mais l’épidémie suscite toujours de nombreuses craintes, jusqu’en Europe. Au cours des dernières semaines, de multiples événements professionnels ont été annulés comme le célèbre Congrès mondial des télécoms de Barcelone, tout comme des compétitions sportives tel le Grand prix de F1 à Shanghai. Et d’innombrables liaisons aériennes à destination de la Chine ont été annulées. Des inquiétudes pèsent désormais sur l’organisation des Jeux Olympiques d’été 2020 à Tokyo, qui se déroulent à compter du mois de juillet.

Asie : recul des réservations de voyages

De son côté, l’OMS a mis en garde contre toute mesure disproportionnée, citant une étude montrant que plus de 80% des patients souffraient d’une forme bénigne de la maladie. L’organisation s’est déjà prononcée contre la restriction brutale des voyages, alors qu’Etats-Unis, Australie et Nouvelle-Zélande notamment ont interdit l’entrée sur leur territoire aux étrangers s’étant récemment rendus en Chine. Mardi, la Russie a annoncé qu’elle fermait ses frontières aux ressortissants chinois.

En France et notamment à Paris, les hôteliers qui accueillent les clients chinois et les TO spécialistes des destinations asiatiques font le dos rond, en attendant des jours meilleurs. Les voyagistes constatent notamment une baisse des réservations sur le Vietnam et la Thaïlande, en plus de la Chine. D’après notre sondage en ligne, à cause du coronavirus, 54% des 440 professionnels ayant répondu observent une forte baisse des réservations sur les pays d’Asie. A titre indicatif, en 2018/19, les membres du Syndicat des entreprises du tour-operating (Seto) ont vendu 187 052 forfaits sur les destinations du continent. Pour rappel, le syndicat recommande de suspendre les départs des voyages à forfaits sur la Chine jusqu’au 31 mars.

L’OMS opposée à la suspension des croisières

Le principal foyer de contamination hors de Chine reste le paquebot de croisière Diamond Princess, placé en quarantaine début février près de Tokyo avec plus de 3.700 passagers à bord. La contagion s’étend désormais à 542 personnes. En théorie, la période de quarantaine débutée le 5 février s’achève ce mercredi. Un responsable japonais a annoncé mardi qu’environ 500 passagers allaient quitter le paquebot aujourd’hui, après avoir reçu des résultats négatifs de tests au nouveau coronavirus.

Dès lundi, l’OMS a estimé lundi qu’il n’était pas nécessaire de suspendre l’ensemble des croisières dans le monde, se disant opposé à toute « mesure de portée générale » face au coronavirus. Cette recommandation intervient au moment où l’opérateur d’un navire de croisière américain, le Westerdam, cherche à retrouver la trace de quelque 1 200 voyageurs autorisés à débarquer la semaine dernière au Cambodge malgré la crainte de contaminations potentielles.

A lire aussi :

 

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique