Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

CINQ TENDANCES CLÉS dans l’e-tourisme

Les 11èmes Enjeux E-tourisme, organisés par L'Écho touristique et la Fevad le 23 juin, ont créé un débat d'idées avec Florence Kaci, porte-parole de Phocuswright, et une sélection de décideurs. L'occasion d'identifier les nouvelles tendances dans l'e-tourisme.

1. Des clients mobile first et multi-device

Vente-privee.com illustre avec force notre basculement : 80% de son trafic et 57% de ses ventes proviennent du mobile, tous produits confondus. Pour le voyage, plus complexe que du prêt-à-porter, une consultation en famille depuis un ordinateur s'impose davantage. Frédéric Pilloud, directeur e-commerce de Misterfly, a donné un éclairage sur le vol sec : « Sur les ventes flash de Vente-privee, 50% de nos ventes de billets d'avion sont issues des mobiles », a-t-il souligné lors des Enjeux E-tourisme du 23 juin sur les chiffres clés de l'e-tourisme. eDreams Odigeo, lui, annonce 24% de réservations mobiles en 2015-16. « Nous avons des résultats comparables en France », a indiqué Quentin Bacholle, son directeur France.

2. Convergence entre comparateurs, moteurs et OTAs

C'est aux États-Unis que la vague est née, mais elle commence à déferler en Europe : le géant de la recherche avec Book on Google, les comparateurs, mais aussi TripAdvisor reprennent les codes des agences de voyages en ligne : les internautes restent ainsi dans l'environnement graphique de ces carrefours d'audience, lors de la réservation d'un hôtel ou d'un billet d'avion. C'est toujours l'agence en ligne (OTA) ou l'hôtelier qui envoie la confirmation à l'internaute. L'objectif est d'améliorer le taux de conversion.

3. L'économie collaborative s'ouvrira-t-elle au BtoB ?

Les acteurs du collaboratif pourraient-ils à terme succomber aux sirènes des GDS, à l'image des compagnies low cost ? Georges Rudas, PDG d'Amadeus France, en est convaincu : « Nous avons déjà intégré des véhicules de tourisme avec chauffeur. Les acteurs dont les voyageurs ont besoin seront disponibles sur les plates-formes des professionnels du voyage, notamment pour cibler la clientèle affaire. C'est le sens de l'histoire ». L'ajout d'acteurs CtoC crée toutefois des contraintes : « Nous intégrons des appartements, même si la remise des clés reste compliquée », a commenté Geoffroy de Becdelièvre, PDG de Marco Vasco.

4. La consolidation continuera

« La consolidation va continuer en France au cours des prochaines années », a pour sa part insisté Morgann Lesné, associé de Financière Cambon. « Les gros vont devenir de plus en plus gros, ils auront alors du mal à développer de l'innovation en interne ». Les start-up deviendront du coup des « proies » intéressantes, notamment sur des niches.

5. La Chine aux avant-postes

Les capitaux chinois, déjà présents au sein du Club Med et autres AccorHotels, pourraient s'intéresser à l'e-tourisme : « Nous avons Priceline, Expedia, TripAdvisor bien implantés sur le marché français. Le chinois Ctrip*, qui a beaucoup de cash, va très certainement rejoindre leurs rangs », a estimé Peter O'Connor, analyst chez Phocuswright.

* Qui a réalisé 24,5 milliards de dollars de volume d'affaires en 2014

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique