Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Antilles anglophones : l’alternative caribéenne

Sainte-Lucie, la Barbade, Saint-Vincent et les Grenadines… Ces destinations, encore mal connues, veulent conquérir le marché français.

Si, pour les Français, Antilles riment avec Martinique et Guadeloupe, les îles anglophones du sud de l’arc antillais tentent, à leur tour, de se faire une place sur le marché hexagonal. Historiquement liées au marché britannique, des destinations comme la Barbade, Saint-Vincent ou Sainte-Lucie restent méconnues, alors que leurs infrastructures touristiques figurent parmi les meilleures des Caraïbes, capables de rivaliser avec Saint-Barth ou Anguilla. Elles constituent une alternative pour la clientèle à la recherche de packages haut de gamme, avec de vraies formules all inclusive, des activités nautiques et sportives de qualité et la carte postale parfaite pour les voyages de noce… Ces îles ont, en outre, profité des longues grèves dans les Antilles françaises en 2009 pour faire valoir leur existence. Leur visibilité s’est aussi renforcée avec l’ouverture de représentations touristiques et la participation à certains salons (ce fut le cas de la Barbade cette année, présente pour la première fois à l’IFTM-Top Resa). Les voyagistes, de leur côté, commencent à suivre. Première à sortir de l’anonymat, Sainte-Lucie est la plus fréquentée par la clientèle tricolore : 5 300 visiteurs en 2009, sans doute plus de 8 000 cette année. S’il s’agit en grande majorité des touristes en provenance de la Martinique toute proche, cela devrait changer cet hiver, avec la mise en place d’un vol charter direct affrété par Iléa Tours. En comparaison, la Barbade et Saint-Vincent, qui ne sont pas desservies en direct, ont reçu respectivement 2 000 et 1 500 Français en 2009. La première reste dominée par une offre all inclusive à la mode très british. La seconde demeure à l’écart du tourisme de masse. Mais pas des brochures des tour-opérateurs, qui ont fait des croisières en voilier dans les Grenadines la tête de gondole de leur production.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique