Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Achats responsables : trop de freins

Le tourisme responsable plaît, mais reste marginal. En cause, le prix et des avantages comparatifs peu reconnus.

La majorité des Français se déclare prête à consommer des produits touristiques responsables ou durables. Mais ils ne sont que 4 % à avoir déjà sauté le pas. Il « existe encore un grand écart entre volonté d’achat et consommation réelle », résume l’étude d’Atout France sur les écoclientèles. En cause : le prix, selon Yves Godeau, président de l’association Agir pour un tourisme responsable. « La clientèle veut des entreprises responsables et engagées, mais n’est pas prête à payer plus. Même nos prospects avouent qu’ils choisissent d’abord un voyage en fonction de la destination et du prix », note Gérard Guerrier, directeur général d’Allibert. L’offre, en particulier à l’étranger, est souvent plus chère que les produits d’appel classiques des grands TO et les avantages comparatifs de ces produits ne sont pas reconnus.

UN MARCHÉ ENCORE IMMATURE

Il existe toutefois d’autres freins, majeurs, à la concrétisation d’achats durables. Ainsi de la méconnaissance des concepts, du manque d’offres accessibles et identifiables, de la peur du greenwashing et de l’assimilation à une contrainte. Pour Gérard Guerrier, « les touristes sont prêts à changer, mais sans faire d’efforts ». Ils considèrent leur impact négligeable et ne souhaitent pas faire un sacrifice personnel pour une cause collective. Afin de développer les motivations à la consommation, il est nécessaire de faire preuve de pédagogie et d’apporter des garanties afin de rassurer les consommateurs. « Si les valeurs collectives comme la protection de l’environnement ne marchent pas, il faut jouer sur les motivations individuelles, développer le côté bien-être et authenticité de l’offre, l’attrait d’une nature préservée et de rencontres authentiques, explique André Gondolo, consultant en tourisme chez Altéa. Enfin, il y a beaucoup à faire en termes de disponibilité et de visibilité du produit, et de positionnement prix. »

%%HORSTEXTE:1%%