Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

A Venise, la dernière danse des paquebots de croisières dans le centre historique

Venise, vidée de ses flots de touristes pendant le pic de la pandémie, a accueilli son premier navire de croisière en 17 mois. En 2022, les paquebots ne pourront plus approcher de l’iconique place Saint-Marc et devront accoster dans le port industriel de la ville, la Marittima.

Le MSC Orchestra, arrivé vide en provenance du port du Pirée, à Athènes (Grèce), repartira samedi après-midi avec environ 650 passagers, qui devront présenter un test négatif datant de moins de 96 heures pour pouvoir embarquer. Et seront testés, de nouveau, au moment de leur embarquement.

Le navire n’est autorisé à embarquer au total que la moitié de sa capacité de 3 000 passagers, pour respecter les mesures anti-Covid. Il doit faire étape ensuite à Bari (Pouilles, sud de l’Italie), Corfou (Grèce), Mykonos (Grèce) et Dubrovnik (Croatie). Un retour sur les mers accueillis par deux manifestations : l’une pour soutenir leur présence, l’autre pour la dénoncer, illustrant ainsi toute l’ambivalence du débat sur les croisières à Venise.

La construction d’un nouveau terminal relancée ?

Les défenseurs de l’environnement accusent les grosses vagues engendrées par les géants des mers, longs de plusieurs centaines de mètres et hauts de plusieurs étages, d’éroder les fondations des immeubles de la Sérénissime. Pendant qu’une autre partie des Vénitiens, qui vivent du tourisme, s’impatiente de pouvoir accueillir, de nouveau, les touristes venus du monde entier.

L’année prochaine, les paquebots ne pourront plus accoster près de la place Saint-Marc, et devront s’arrêter à la Marittima, à 3 kilomètres de la célébrissime place. Une décision prise par le gouvernement italien, mais qui n’est qu’une solution « temporaire ». Vieux serpent de mer, l’idée de la construction d’un nouveau terminal dédié, hors de la lagune de la ville historique, est ainsi à nouveau évoquée par le gouvernement italien.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique