Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Voyage à Maurice : quels frais d’annulation s’appliquent selon E. Llop

Le pays vient de passer en rouge écarlate sur la carte des destinations établie par le gouvernement français.

Face à la dégradation de la situation sanitaire, le gouvernement français a fait basculer l’île Maurice sur la liste des pays classés en rouge, puis rapidement en rouge écarlate. Les voyages touristiques ne sont donc plus autorisés.

Dans ce cas de figure, les frais d’annulation prévus au contrat s’appliquent. « Le risque est porté par le voyageur, puisqu’il s’agit des conditions au départ de la France », nous précise ce 1er décembre Emmanuelle Llop, avocate au sein du cabinet Equinoxe Avocats. « Si les vols sont maintenus et l’accueil toujours possible sur place, nous ne sommes pas dans les circonstances exceptionnelles et inévitables (CEI). Donc, ce n’est pas à l’agence de prendre en charge les frais d’annulation. »

« Pour les professionnels, ce qui compte, c’est l’exécution du contrat à destination, et les conditions de transport vers cette même destination », rappelle Emmanuelle Llop.

Envisager des reports, plutôt qu’annuler

« Je conseille toujours aux agences d’informer les clients du passage au rouge écarlate, même si ce n’est pas une obligation. C’est la démonstration d’un service professionnel », ajoute-t-elle.

Dans tous les cas, Emmanuelle Llop note que les voyagistes et les agences s’organisent pour trouver d’autres solutions que des annulations au frais du client comme des reports. Des clients envisagent déjà de partir ou de revenir de pays limitrophes. Mais attention, les agences qui prennent cette voie risquent d’engager leur responsabilité.

Autre scénario envisageable en cette période de reprise épidémique : si une autre destination venait à exiger une quarantaine stricte à l’arrivée par exemple, les conditions de séjour seraient alors modifiées de manière substantielle. « Là, le client peut demander une annulation du séjour sans frais avant le départ, rappelait l’avocate. S’il est déjà à destination, il peut demander de rentrer en France.  Les CEI peuvent effectivement se produire sur place. »

A lire aussi

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique