Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Union sacrée aux Journées des Entrepreneurs du Voyage

Après une première journée placée sous le signe de l'émotion et de la combativité, les échanges des professionnels porteront aujourd'hui sur le voyage d'affaires et le digital. 

Comme on s’y attendait, Snav, Seto, APST, Level.com et leurs partenaires étaient tous sur la même longueur d’ondes positives hier après-midi, lors de la cession d’ouverture de ces premières Journées des Entrepreneurs du Voyage. Animées par notre confrère François-Xavier Izenic, qui a rendu en préambule un hommage émouvant à ses amis disparus de La Belle Equipe, les présentations ont porté sur les enjeux et les ambitions des différentes instances pour valoriser l’activité.

Une première journée qui s’est achevée, comme convenu, par un dîner au Stade Vélodrome offert par Hop !. Compte tenu du contexte dramatique, la compagnie aérienne avait cependant annulé le défilé d’uniformes historiques d’Air France, qui devait donner une touche festive à ce repas.

Mardi matin, c’est le voyage d’affaires, jusque-là n’était guère à l’honneur au Snav, se retrouve au cœur des débats, avec une première table ronde sur les évolutions des attentes clients et le positionnement des TMC, précédée par une prise de parole de Charles Petruccelli, ancien président monde d’American Express Voyage d’Affaires. "Nous sommes en train de vivre une 3e révolution dans notre industrie. Elle est portée par le mobile, le client a dans le creux de sa main le pouvoir de décider et d’acheter. Nous en sommes qu’au début mais nous sentons une réelle accélération", prédisait celui-ci.  

Lufthansa au coeur des débats

Une nouvelle vague de consolidation est en train de s’opérer dans le voyage d’affaires,  selon les professionnels présents. "Il va y avoir des mouvements d’intégration verticale, indiquait quant à lui Bertrand Mabille, de vice-président France et Méditerranée de Carlson Wagonlit Travel, qui considère que a distribution traditionnelle est en train d’exploser, tous les acteurs voulant avoir accès aux contenus pour traiter directement avec les clients. Des clients représentés pour l’occasion par Michel Dieleman, président de l’AFTM, association des Travel Managers effectuant un rapprochement sur la base d’initiatives communes avec le Snav.

La deuxième table ronde s'est concentrée sur l'aérien, avec des prises de parole centrées sur Lufthansa et les frais GDS. L’occasion pour Steffen Weinstok, DG France et Benelux de la compagnie allemande, de justifier sa position, à savoir "aux GDS de trouver des alternatives (sic)", et pour Pierre Descazeaux de réitérer le message d’Air France qui n’appliquera pas une telle mesure. Steffen Weinstok a confirmé que Lufthansa ne reviendrait pas en arrière s'agissant des frais, et nie travailler en direct – sans les 16 euros de surcharge – avec les entreprises. Des déclarations qui suscitent une vive réacton dans la salle.

Les conséquences du digital sur certain de nos métiers seront au centre des débats durant une après-midi qui se clôturera par l’intervention de Jacques-Antoine Granjon, patron de Vente-privee.com, dont on attend qu’il nous communique, aujourd’hui plus qu’hier, "de bonnes raisons de penser positif".

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique