Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Attentats de Paris : les hôteliers boivent la tasse

Les attentats du 13 novembre remettront-ils en cause les grandes ambitions de Laurent Fabius pour le tourisme français ? Dans l'immédiat, la fréquentation hôtelière subit un fort coup de frein, d'autant que plusieurs événements ont été annulés ou reportés.

 

"Nettement plus fort", c'est ainsi que MKG Hospitality, qui compile dans sa base de données 45 000 hôtels et plus de 2,5 millions de chambres, juge l'impact des attentats du 13 novembre à Paris, comparé aux attaques du mois de janvier dernier.

Une chute brutale de fréquentation

Alors que les professionnels parisiens font état d’annulations et de départs anticipés de visiteurs, le spécialiste du conseil dans l'hôtellerie observe "une baisse sensible" des performances hôtelières de la capitale.

Le taux d’occupation des établissements a ainsi accusé une dégringolade de 20,8 et de 23,1 points respectivement les nuits de samedi et dimanche, entraînant le Revenu par chambre disponible (RevPAR) dans sa chute. Ce dernier a reculé de 21,1% samedi et de 28,5% dimanche.

Après les actes terroristes de janvier 2015, la baisse du taux d’occupation n’était pas allée au-delà des 2,7 et 2,8 points les 9 et 10 janvier, pour un retrait de RevPAR de respectivement 8,5% et 6,6%, note MKG. "Le repli d’activité s’était par la suite poursuivi sur une durée de deux semaines, avec des pics enregistrés à -25% de RevPAR certains jours", rappelle-t-il. Les performances hôtelières de la capitale "s’étaient ensuite redressées, tirées notamment par l’activité affaires et évènementielle". Un léger "effet de traîne" s’était toutefois fait ressentir plus longtemps auprès de la clientèle loisirs, se traduisant par un recul des indicateurs hôteliers sur les week-ends.

Un nouveau coup dur

"Les conséquences des attentats du 13 novembre sur l'industrie touristique semblent prendre une autre importance", juge Georges Panayotis, PDG de MKG Group. "L’activité touristique de la fin d’année était en train d’effacer l’impact négatif des attentats de janvier. C’est un nouveau coup dur pour l’activité hôtelière de la capitale et on peut s’interroger sur l’effet bénéfique réel attendu de la venue des délégations de la COP 21".

Invité hier sur RTL, Manuel Valls a d'ores et déjà annoncé que l’événement, qui doit débuter le 30 novembre, pourrait être réduit à la négociation et que "les concerts et manifestations festives" annexes "seraient sans aucun doute annulés", sans plus de détails sur ceux concernés pour le moment.

Comme l'indique notre confrère Meet>in, un certain nombre d'évènements prévus dans la capitale dans les prochains jours ont été annulés et reportés, à l'instar du Congrès et Salon des Maires et des Collectivités Locales (qui se tiendra finalement du 31 mai au 2 juin) ou encore de  Saint-Germain des Neiges, organisé par France Montagnes, qui devait avoir lieu du 19 au 22 novembre dans les rues de Paris.  

Souplesse commerciale et financière

Ces bouleversements de calendrier, couplés aux dispostions particulières prises par les compagnies aériennes pour faciliter les échanges voire les annulations de vols (ainsi Air France qui a édicté, comme Qantas ou Thai Airways, des dispositions commerciales valables jusqu'au 15 décembre) auront un impact évident à court terme sur la fréquentation hôtelière, ce qu'a anticipé BPI France.

La banque publique d'investissement "suspend pour 6 mois les échéances de ses crédits aux hôteliers", a annoncé son DG Nicolas Dufourcq dans un tweet.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique