Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

TUI France : « Il est prématuré de parler de PSE ou plan de départ volontaire »

Nous avons interrogé la direction de TUI France sur les conséquences du plan de restructuration de TUI Group, prévoyant la suppression de 8000 postes dans le monde. Inquiets, les salariés basés en France échafaudent de leurs côtés plusieurs hypothèses.

Aux premières heures du confinement en France, en pleine crise du Covid-19, l’heure était à l’union sacrée entre direction et salariés de TUI France. Mais aujourd’hui, le vent a tourné. Après l’arrêt brutal de son activité, le prêt de la banque publique allemande KfW (1,8 milliard d’euros), TUI Group a annoncé la suppression de 8000 postes dans le monde. Les salariés de la filiale française du géant mondial du tourisme sont inquiets. Une simple calcul au prorata des effectifs français (855 CDI) laisserait supposer qu’environ 100 postes pourraient être évincés dans les équipes tricolores. Mais c’est une hypothèse qui ne tient pas compte des arbitrages du siège, qui va sans doute pondérer ses décisions marché par marché.

« TUI profite de cette période où nous sommes au chômage partiel pour licencier, ce qui scandalise les salariés, indique Lazare Razkallah, le secrétaire général du Conseil social et économique (CSE) de TUI France. Le groupe aurait dû au contraire en profiter pour faire le dos rond, et saisir le moment venu les opportunités qui pointent toujours en période de crise. » Pour lui, au regard de la présentation des résultats semestriels, TUI sera « plus petit, avec des organisations standardisées » et une présence digitale renforcée. L’élu compte interpeller la direction aujourd’hui, pour poser plusieurs questions : quel sera l’impact du plan de restructuration sur le marché français ? Combien de postes seront touchés ? Quelles activités ou services en particulier ? S’achemine-t-on vers un plan social ou un plan de départ volontaire (PDV) ? « A mon sens, ce sera un plan social, basé sur les critères habituels : ancienneté, âge, charges de famille du salarié… Par opposition, un plan de départ volontaire est, comme son nom l’indique, basé sur le volontariat. »

Vers un « ajustement des business plan et des coûts »

Nous avons interrogé la direction française sur l’hypothèse d’un PSE ou d’un PVD. « Il est prématuré de parler de PSE ou PDV à ce stade, nous a répondu ce matin un porte-parole. Nous pouvons ajouter que comme tout actionnaire, le groupe TUI doit s’assurer de la rentabilité de ses investissements. Dans ce cadre, et compte tenu de l’impact de la crise sur le secteur du tourisme et du rythme de la reprise, il est probable que le niveau d’activité d’avant crise ne soit pas atteint avant plusieurs mois, voire années. Dans ce cadre, il est clair qu’imaginer reprendre comme si rien n’avait changé est impossible. Un ajustement des business plans et des coûts pourrait s’imposer. C’est bien le sujet des discussions actuelles avec la maison mère. »

De son côté, Lazare Razkallah s’inquiète aussi à la lecture de la récente communication aux salariés de Friedrich Joussen, le président du directoire de TUI. « Les entreprises qui ont été déficitaires ces dernières années et qui n’ont pas de meilleures perspectives d’avenir doivent se repositionner, déclare Friedrich Joussen. Si cela n’est pas possible, nous céderons des entreprises ou cesserons leurs activités. Ces dernières années, nous avons pleinement joué notre rôle pour soutenir les entreprises du groupe, même les plus faibles sur le plan structurel. Après le coronavirus, nous ne serons plus en mesure de le faire. » « À s’y méprendre, cela pourrait concerner TUI France », estime l’élu. Quid du projet envisagé avec Laurent Abitbol ? Pas un mot pour l’instant, mais le président de Marietton Développement pourrait profiter du contexte actuel pour saisir… une opportunité, estime Lazare Razkallah. Pour mémoire, en janvier 2020, le siège francilien avait prévenu les employés de sa quête d’un partenaire.

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique