Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Didier Arino : le tourisme a déjà perdu 150 000 emplois, « il y a urgence »

Didier Arino, directeur général de Protourisme, décrypte pour L’Echo touristique une récente étude de son cabinet sur l’impact du virus.

Pour Didier Arino, il y a urgence : les mesures du gouvernement manquent de clarté, et plus la confusion dure, « plus les Français vont refuser de partir, explique le directeur générale de Protourisme. Ils sont déjà 6 millions à l’envisager ». D’après l’étude du cabinet, 4 millions de Français disent avoir renoncé de façon certaine à partir en 2020, depuis le début du confinement.

Didier Arino

Ce que craint surtout Didier Arino, « c’est que l’on ne soit pas proactif mais dans la réaction au niveau français. On risque de faire des choses parce que d’autres pays le font, alors que l’on n’est pas préparé ».

Début 2020, 33,7 millions de Français souhaitaient partir. C’était un chiffre en augmentation par rapport à 2019, avec 32,4 millions de voyageurs français dont 9 millions partis l’étranger. L’étude réalisée début mai indique que seulement 20% des 9 millions souhaitent toujours partir à l’étranger.

Mais tous les autres vont finalement rester en France. Ce qui fait quand même garder espoir pour le marché touristique français. « On assistera sans doute à une vague de réservations en dernière minute si il y a finalement une autorisation de circuler », confirme Didier Arino.

Il y a 3 millions de résidences secondaires en France, qui risquent d’être prises d’assaut. « On ne prend pas beaucoup de risques à dire que ce sera l’année du ‘staycation’, une catastrophe pour le tourisme ». Pendant quelques temps, il va falloir « draguer » la clientèle de proximité, « qui n’a pas forcément envie de voir des campagnes de promotion mais plutôt d’avoir des informations pratiques sur ce qu’elle peut faire et comment à côté de chez elle », selon Didier Arino.

« Réguler les agences en ligne »

Les premiers chiffres confirmés sont mauvais. L’ensemble de la filière tourisme française a déjà perdu 18 milliards d’euros de chiffre d’affaires, dont près de 6 milliards pour l’hébergement marchand. « Un quart des établissements envisagent de ne pas rouvrir s’ils ne peuvent accueillir leurs clients d’ici le 15 juin. » Et de juin à septembre, les réservations d’hébergement ont pris un retard de 35%. Quand on sait que le secteur du tourisme a déjà perdu 150 000 emplois directs les perspectives sont sombres.

Didier Arino ne décolère pas. « On a bien vu qu’il y avait un manque de connaissance flagrant du secteur touristique et du tourisme par le gouvernement. Désormais il ne sait pas quand on déconfine, vraiment ? Ni où, et comment ? »

Cette crise sera en tout cas l’occasion pour les acteurs du tourisme de revoir leur modèle. « Les agences de voyages devraient retrouver leurs lettres de noblesses grâce à leur conseil, les assurances et le professionnalisme. Il va falloir également examiner comment on peut réguler les agences en ligne, et mettre fin à l’attitude scandaleuse de Iata. »

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique