Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Transat France : 200 salariés dans la rue

Environ 200 des 400 employés de Transat France ont manifesté mardi 23 mai, d'après la CFDT et l’Usapie, qui n'excluent pas un nouveau débrayage.

 

Belle mobilisation, sans précédent : 50% des salariés de Look Voyages et Vacances Transat sont descendus dans la rue hier après-midi, selon les syndicats. Avec ses banderoles, le cortège s’est déplacé du siège d’Ivry-sur-Seine (Val de Marne) jusqu’à l’hôtel de ville. L’occasion de marquer sa désapprobation vis-à-vis du Plan de départ volontaire (PDV), qui devrait entraîner la suppression de 311 postes, suite à la fusion avec TUI France.

La mairie se mobilise

A la mairie, les déléguées syndicales Stéphanie Dayan et Isabelle de Nato, de la CFDT et de l’Usapie, ont été reçues. "L’adjoint au maire Romain Marchand a proposé d’envoyer un courrier à la Direccte, et va demander un rendez-vous avec le ministre du Travail", indique Erika Kraichette, secrétaire du CE de Transat France.

Pascal de Izaguirre, président de TUI France, devait par ailleurs s’entretenir avec le maire, Philippe Bouyssou, avant la date prévue du 22 juin. Quoi qu'il arrive, le déménagement des équipes de Vacances Transat et Look, vers le siège du groupe, est planifié en décembre ou en janvier.

Une autre grève en vue ?

Forts de la mobilisation d’hier, les syndicats de Transat France souhaitent que la direction revoie sa copie au niveau du livre 1 (volet social). "Nous voulons que les candidats au départ bénéficient d’un mois d’indemnités par année d’ancienneté, au lieu de 0,75. Nous demandons aussi qu’une prime exceptionnelle de 1000 euros soit accordée aux salariés qui ne changent pas de poste". Si les revendications ne sont pas entendues, une autre grève "n’est pas exclue".

Une réunion de CCE est programmée lundi, avec les syndicats de TUI, qui n’ont pas joint la manifestation d’hier.