Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

SNCF Voyages perd 1,4% de chiffre d’affaires en 2013

La trafic TGV a baissé de 0,7% l'an dernier, en raison de la crise économique et du développement du covoiturage.

Comme prévu, la SNCF a publié des résultats négatifs pour l'année 2013. L'an dernier, la société a enregistré une perte nette de 180 millions d'euros, notamment à cause d'une forte dépréciation (-1,4 milliard d'euros) de la valeur comptable de son parc de rames TGV.

En 2012, la bénéfice avait atteint 376 millions d'euros selon les nouvelles normes comptables IFRS. Le chiffre d'affaires, lui, est resté stable, à 32,2 milliards d'euros, tandis que la marge opérationnelle a légerment progressé, passant de 2,7 à 2,8 milliards de dollars.

Baisse de la fréquentation de 0,7%

Dans un communiqué, le groupe a souligné "la forte baisse de profitabilité de l'activité TGV France et TGV Europe" à cause de "la hausse des péages et de la baisse des produits du trafic". De fait, le chiffre d'affaires de la branche SNCF Voyages a diminué de 1,4%, à 6,8 milliards d'euros, en raison d'un recul de la fréquentation de 0,7%.

"La progression des activités européennes en lien avec la croissance de la liaison ferroviaire grande vitesse vers l’Espagne (Gala), vers la Suisse (Lyria) et vers l’Allemagne (Alleo), compense partiellement le repli de la clientèle affaires et les effets de la concurrence du covoiturage sur le marché français", ajoute un communiqué.

Une activité TGV en léger repli

"Avec une activité de transport public de voyageurs conventionné en faible croissance, une activité TGV en léger repli et un secteur marchandises en récession en début d'année, nos efforts constants de maîtrise des coûts ont permis de faire face et de préserver notre marge", a commenté le président de la SNCF Guillaume Pepy, cité dans le communiqué.

Pour 2014, la SNCF table sur un chiffre d'affaires en croissance de plus de 2%, grâce à SNCF Infra et à Keolis, qui devrait remporter des contrats à l'étranger.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique