Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Saint-Pétersbourg, la belle impériale

Deux ans après avoir fêté avec faste son tricentenaire, la belle russe Saint-Pétersbourg n’en finit pas de séduire. Au mois de juin démarrent les Nuits blanches, une période idéale pour découvrir celle que l’on surnomme la Venise du Nord.

Ni le terrible siège de la ville (qui s’appelait alors Leningrad) par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, ni l’obscurantisme du régime communiste durant soixante-quinze ans ne sont parvenus à ternir l’éclat de Saint-Pétersbourg. Bien au contraire !

Deux ans après avoir fêté avec faste son tricentenaire, la ville imaginée par l’empereur Pierre Ier le Grand, tsar de toutes les Russie, pour concurrencer Versailles, brille à nouveau de mille feux. Outre ses églises féeriques, ses palais, ses jardins, la fière cité collectionne également les théâtres et musées, dont l’Ermitage, où ont été regroupés certains des plus beaux tableaux du monde. Difficile, dans ces conditions, de ne pas tomber sous le charme de cette ville d’apparat, à la fois baroque et romantique, surnommée la Venise du Nord, avec ses multiples rivières et canaux enjambés par plus de 300 ponts ! A trois heures d’avion de Paris, Saint-Pétersbourg cumule ainsi les atouts d’une destination idéale en courts séjours. Les voyagistes y programment des week-ends, mais la proposent aussi en combiné avec Moscou et en étape de croisière d’été.

Cependant, après une belle année 2004, consécutive aux festivités, la fréquentation s’essouffle quelque peu. En cause, une forte hausse des prix des hôtels, dénoncée par les spécialistes de la destination, mais également la suppression d’un des deux vols quotidiens d’Air France, le week-end. Il semble néanmoins que les professionnels du tourisme sur place aient décidé d’infléchir cette tendance. De nouveaux établissements, plus petits et moins chers, sortent de terre. D’ici à cinq ans, le parc hôtelier devrait s’enrichir de 12 000 chambres, ce qui devrait permettre d’adoucir notablement le prix des forfaits.

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%%%HORSTEXTE:3%%%%HORSTEXTE:4%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique