Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ryanair compte recruter jusqu’à 500 pilotes en France

Ryanair lance un important programme de formation de pilotes en France. Un signe fort de reprise dans le transport aérien international.

Ryanair a annoncé vendredi le lancement d’un programme pour recruter et former jusqu’à 500 nouveaux pilotes en France, dans le cadre d’embauches prévues pour accompagner la reprise du trafic aérien, a annoncé l’entreprise dans un communiqué.

Ce programme est lancé en partenariat avec Astonfly, l’une des plus grosses écoles de pilotage privées en France. Il permettra de « continuer à attirer des pilotes professionnels hautement qualifiés pour soutenir sa croissance en Europe », a précisé la compagnie low cost.

Ces recrutements s’inscrivent dans un programme plus large d’embauches annoncées l’été dernier par la compagnie, qui compte former des milliers de pilotes pour faire voler ses nouveaux Boeing 737 MAX, a précisé à l’AFP une porte-parole.

Ryanair « embauchera jusqu’à 1 000 pilotes par an au cours des quatre prochaines années » a précisé vendredi Senan O’Shea, responsable de la formation des équipages chez Ryanair, cité dans le communiqué.

Ryanair reste confiante

Le nouveau programme lancé en France « fournira à la compagnie aérienne un vivier de pilotes talentueux et professionnels de toute l’Europe pour répondre aux besoins de notre réseau en pleine croissance », a-t-il ajouté.

Particulièrement frappée par la pandémie de Covid-19, comme l’ensemble du secteur aérien, la low cost avait connu le pire exercice de son histoire en 2020-2021, avec une perte de l’ordre d’un milliard d’euros, et annoncé la suppression de quelque 3 000 emplois.

Malgré les incertitudes qui persistent, notamment avec un rebond des infections par le Covid-19 en Europe, la guerre en Ukraine et la flambée du coût de la vie, Ryanair se montre optimiste à long terme.

La compagnie prévoit une accélération du trafic au cours des cinq prochaines années : « de 149 millions de passagers annuels pré-Covid, nous anticipons une croissance de 50% à plus de 225 millions de passagers pour l’exercice 2026 », avait précisé le transporteur fin janvier.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique