Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

RSE : avec Essentiem, « la filière touristique prend ses responsabilités »

1 380 personnes sont parties en vacances grâce à une action directement menée par Essentiem. Lancé en 2020, le fonds de dotation national s’apprête à lancer une nouvelle opération pour favoriser le séjour de jeunes à la montagne. Un exemple des initiatives menées par Essentiem, qui veut accompagner la filière touristique dans sa prise de conscience.

Pouvez-vous nous rappeler ce qu’est Essentiem ?

Lionel Flasseur (Président d’Essentiem) : Essentiem est un fonds de dotation national, créé dans le prolongement de la vision de tourisme bienveillant portée par Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme. Il a pour vocation d’inciter la filière et les opérateurs du tourisme à mettre en œuvre des projets liés à la responsabilité sociétale et environnementale des entreprises (RSE). C’est un fonds qui permet à la filière touristique de prendre ses responsabilités face aux grands enjeux auxquels elle fait face. La durabilité de notre filière est un sujet d’intérêt général, qui fait fi de la concurrence entre opérateurs. Et c’est là toute l’utilité d’Essentiem, qui a vocation à réunir tous les opérateurs du tourisme, qu’ils soient publics ou privés, qui souhaitent s’emparer de ces sujets.

Comment fonctionne concrètement le fonds pour un opérateur qui vous rejoint ?

Lionel Flasseur : Lorsqu’un professionnel du tourisme souhaite rejoindre Essentiem, deux possibilités s’offrent à lui. Il peut d’abord participer aux actions décidées par le conseil d’administration, qui compte, par exemple, Club Med, Vacancéole, Webedia, Domaines skiables de France ou encore VVF. La deuxième possibilité consiste à créer un fonds dédié qui sera abrité par Essentiem. Un fonds dédié, qu’est-ce que c’est ? C’est un fonds qui va permettre à l’organisation de mener ses propres actions, en son nom, sans s’occuper de toute la partie technique – conseils juridiques, fiscaux, création d’un site Internet… – qui est gérée par Essentiem. L’organisation participe à la mutualisation des coûts de fonctionnement de tous ces services, qui seront déployés plus rapidement que si elle décidait de mener l’opération seule, de son côté.

Qu’est-ce qu’une entreprise peut y gagner ?

Lionel Flasseur : La RSE est devenue une notion indispensable pour les entreprises du secteur. La filière touristique prend de plus en plus ses responsabilités. On parle souvent de l’impact environnemental de nos activités par exemple. Les initiatives fleurissent, et ça ne fera qu’augmenter. Mais notre filière doit penser plus large et englober d’autres problématiques. Nous avons aussi une responsabilité sociale, notamment par rapport aux populations qui n’ont pas la chance de partir en vacances. Certains étés, 35% des Français ne partent pas en vacances, principalement pour des raisons économiques. Le tourisme pour le plus grand nombre, c’est le combat principal que nous souhaitons mener. En rejoignant Essentiem, une entreprise rejoint un collectif prêt à mener un combat commun pour défendre des causes nobles. Rejoindre un fonds de dotation, qui s’inscrit dans la famille des fondations, c’est aussi profiter de dispositifs fiscaux avantageux dans le cadre des opérations de mécénat. Enfin, il en va également de l’attractivité de notre filière pour les futurs salariés, qui ont besoin de mettre du sens dans leur activité.

1 380 personnes sont parties en vacances grâce à une action directement menée par Essentiem.

Vous appelez donc tous les acteurs du tourisme à rejoindre Essentiem ?

Lionel Flasseur : Tout le monde peut et doit nous rejoindre, peu importe si c’est sous la bannière d’Essentiem, ou via la création d’un fonds dédié. Je connais la filière touristique, je sais comment elle fonctionne. Sur ces sujets-là, nous devons faire preuve d’un esprit collectif et solidaire, pour montrer qu’on est conscients et responsables face aux enjeux auxquels nous faisons face. Certaines entreprises ont également besoin de communiquer auprès de leurs collaborateurs, de leurs clients, de leurs fournisseurs. Essentiem, c’est une vraie innovation. Contrairement à de nombreux secteurs, le tourisme a toujours été vu comme quelque chose de léger, ou comme un secteur purement mercantile par l’administration. Grâce à Essentiem, la filiale dispose d’un outil qui permet de passer outre cette image-là.

Sur le terrain, comment se concrétisent vos initiatives ?

Jean-Marie Hébert (directeur d’Essentiem) : Tout dépend de la nature de notre action. Nous lançons par exemple une opération en partenariat avec l’Agence nationale des chèques vacances (ANCV) à destination des jeunes de 18 à 25 ans, pour leur permettre d’avoir accès à des offres de séjours à la montagne. Sur la base de critères sociaux et économiques, l’ANCV va sélectionner les jeunes qui postuleront au dispositif, qui permet d’abonder parfois jusqu’à 80% du montant du séjour. Essentiem ajoutera un complément de 50 euros à tous les demandeurs sélectionnés. Au final, le reste à charge sera très faible, voire inexistant, pour ces jeunes. Nous avons déjà plus de 6 000 offres auprès de petits et grands hébergeurs, en station, et les jeunes pourront en profiter dès les vacances de février. C’est ce genre d’initiatives que nous voulons mener avec Essentiem. L’année dernière, plus de 30 000 jeunes ont profité de ce dispositif de l’ANCV.

Quel est le premier bilan chiffré des actions menées par Essentiem ?

Jean-Marie Hébert : A l’issue de notre première année d’existence, 1 380 personnes sont parties en vacances grâce à une action directement menée par Essentiem. Il s’agit de jeunes autonomes, de familles, qui partent parfois pour la première fois en vacances. Cela passe par l’assistance financière, évidemment, mais pas seulement : c’est aussi un accompagnement de ces familles en difficulté. Parfois, elles s’auto-excluent : la difficulté de leur quotidien fait qu’elles finissent par se dire que les vacances, ça n’est pas fait pour elles. Nos actions montrent qu’en s’associant avec de grands acteurs, nous pouvons faire bouger les choses. Par exemple, dans le cadre du fonds dédié, France Montagnes a offert plus de 18 000 nuitées à des personnels soignants, qui sont les plus exposés pendant cette pandémie. Nous voulons prouver qu’avec Essentiem, la filière se montre proactive face à ces défis.

Pour en savoir plus sur Essentiem, cliquez ici

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique