Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Reprise de la SNCM : l’option Rocca retenue

Alors que le tribunal de Marseille vient d’arbitrer en faveur de l’offre de l’homme d’affaires corse Patrick Rocca, les salariés de la SNCM ont voté une grève reconductible et effective dès vendredi soir. 

Epilogue de plus d’un an d’incertitudes concernant le devenir de la compagnie maritime, le jugement du tribunal de commerce de Marseille d’aujourd’hui a tranché parmi les quatre offres de reprise déposées.

C’est le dossier de Patrick Rocca qui a donc eu les faveurs du tribunal, validant un projet industriel ayant la Corse comme centre de gravité, quand le dossier de son concurrent Baja Ferries était davantage accès sur le développement des dessertes à destination du Maghreb. Selon un document interne, le procureur voit également en Rocca un entrepreneur capable d’apporter du fret à la future entreprise.

Un volet social à gérer

Les offres Garin-Arista et Corsica Maritima n’ont pas plus retenu l’intérêt du tribunal. Ce dernier n’a par ailleurs pas jugé incompatible le passé judiciaire de l’homme d’affaires corse (condamné pour détention d’arme mais aussi escroquerie, abus de bien social et faux et usage de faux) avec la reprise de la SNCM. 

Reste maintenant à régler le volet social. Les syndicats, qui jusque-là s’étaient fait très discrets sur le dossier, ont décrété une grève reconductible et effective dès vendredi, et se poursuivant jusqu'à lundi (inclus). Avec 845 salariés repris par Patrick Rocca sur un effectif global de 1 400 personnes, ce sont donc quelque 500 employés qui devraient être licenciés.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique