Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Normandie : nouvelle pétition contre le parc de loisirs autour du Débarquement

C’est une opposition supplémentaire contre le projet de parc immersif basé sur l’histoire du Débarquement, dans la Manche, qui pourrait ouvrir ses portes en 2024.

A l’approche du 78e anniversaire du 6 juin 1944, des proches et descendants de vétérans anglo-saxons ont réclamé l’abandon du projet controversé de parc de loisirs sur l’histoire du Débarquement voulu par Hervé Morin, le président de la région Normandie. « Nous, enfants, petits-enfants et proches de combattants américains, britanniques et canadiens ayant pris part aux combats du Jour J (…) voulons rappeler avec fermeté notre opposition au projet de parc Hommage aux héros« , écrivent ces descendants dans un communiqué signé d’une centaine de signataires.

« Nous refusons que la mémoire de nos morts serve aujourd’hui à « retenir un jour ou deux de plus les touristes », comme le souhaite monsieur Morin », ajoutent les signataires, dont des membres d’associations d’anciens combattants. Pour rappel, le président de la région Normandie avait plaidé en faveur de l’inauguration d’un tel lieu en argumentant « qu’on ne peut pas se contenter de faire l’événement tous les cinq ans (lors des commémorations, NDLR). L’objectif est de pouvoir retenir chaque année les touristes quelques jours de plus ».

Une visée commerciale déjà dénoncée à de nombreuses reprises par des associations d’anciens combattants, tandis que les acteurs locaux de l’écologie s’insurgent contre l’empreinte environnementale du futur site. Pour le collectif de signataires de cette nouvelle pétition, « D-Day Land », comme est surnommé le projet, « n’est qu’un prétexte au développement d’un business bien éloigné des drames encore très présents dans nos histoires personnelles et familiales ».

Pour le porteur du projet, ça n’est pas « un parc d’attraction »

« Accepter ce projet serait le signe que la valeur et la douleur des sacrifices ont été oubliées, que nos morts, réduits au rôle de figurants d’un spectacle, ne valent pas plus qu’un ticket d’entrée dans un parc à sensations », insistent-ils. Selon eux, il est « encore temps d’en prendre conscience » car « mettre en œuvre ce prétendu Hommage aux héros serait nous faire définitivement injure ».

Régis Lefèbvre, l’un des porteurs du projet dont les détails n’ont pas encore été dévoilés, n’a pas souhaité s’exprimer. En octobre 2020, il avait déjà démenti envisager la création d’un parc d’attraction. « C’est un documentaire vivant de 50 minutes qui mélangera images d’archives, techniques immersives et tableaux vivants » avec des figurants sur un théâtre sur rail, le tout « pour raconter des faits réels sans fiction », avait-il déclaré à l’époque.

Dans une tribune parue dans Le Monde en septembre 2020, les descendants du commando Kieffer – seul commando français en uniforme à avoir participé au Débarquement – avaient déjà estimé que la « transmission de la mémoire (…) ne peut en aucun cas se faire sur un mode spectaculaire, festif et commercial ». La mémoire semble bien trop vive pour que le loisir puisse s’emparer de ce sujet…

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique