Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Navigation : Lastminute arrive en tête de la course

« Pour tester la qualité de la navigation sur les sites d’agences en ligne, les équipes de Challenge Qualité se sont mis en tête de partir en week-end à Rome (avion + hôtel), à deux personnes. Les requêtes ont été lancées à J-10, le 26 octobre dernier. Première déconvenue du banc d’essai : les départs impulsifs, soit des départs à la dernière minute, sont impossibles. Des forfaits bien peu… « dynamiques »Il faut au plus tard

Pour tester la qualité de la navigation sur les sites d’agences en ligne, les équipes de Challenge Qualité se sont mis en tête de partir en week-end à Rome (avion + hôtel), à deux personnes. Les requêtes ont été lancées à J-10, le 26 octobre dernier. Première déconvenue du banc d’essai : les départs impulsifs, soit des départs à la dernière minute, sont impossibles.

Des forfaits bien peu… dynamiques

Il faut au plus tard border son escapade amoureuse 48 heures à l’avance. A l’heure où les sites de voyages fanfaronnent dans la presse autour du forfait dynamique, c’est un peu surprenant. Réaction de Carlos Da Silva, PDG de Go Voyages : En théorie, le paramétrage de notre site permettait pourtant, au moment du banc d’essai, la recherche et la validation d’un forfait dynamique jusqu’au jeudi matin. Je viens de le faire modifier pour autoriser une réservation jusqu’à 17 heures, pour un départ le lendemain même. Car, dans l’absolu, rien ne s’oppose à un dossier avec départ quasi immédiat. Sauf la mise à disposition des billets d’avion quand l’e-ticket n’est pas disponible : C’est notre principale contrainte pour une VDM, et nous ne prenons pas de risque à cet égard, ajoute David Bastian, directeur de la production de Lastminute France.

Autre conclusion : le choix de l’internaute est restreint à trois paniers différents de propositions dans le cas d’école retenu. Explication : cinq des dix sites disposent du même moteur de réservation, celui de Go Voyages. D’où leurs réponses identiques par rapport à une recherche de week-ends à Rome – ce qui ne serait pas le cas sur d’autres produits. Les moteurs de la filiale du groupe Accor sont d’ailleurs déployés en marque blanche sur un nombre total de quelque 350 sites d’agences françaises, ce qui entame effectivement la loi de la biodiversité sur le Net.

Des conseils personnalisés pour chaque établissement

Par ailleurs, Expedia et Voyages-sncf.com étant deux compagnies-soeurs, elles fournissent des réponses commerciales identiques en termes d’ergonomie, de prix et de produits. A contrario, Karavel et Promovacances – qui sont également parents – offrent des réponses différentes. Chacune de ces deux marques a un positionnement spécifique, la première étant axée sur le conseil, la deuxième sur le choix en matière de forfaits à des prix compétitifs. In fine, au chapitre de la navigation, c’est Lastminute qui se hisse sur la première marche du podium, avec une note de 17,5, contre 10,74 en moyenne. La version francophone du site britannique a su proposer un vol en adéquation avec la demande. Le tout complété par une palette de 27 hôtels au choix, relève Challenge Qualité.

Mieux, et surtout rare : Lastminute France s’implique, en donnant des conseils personnalisés sur chaque établissement afin d’aiguiller l’internaute. Qui plus est, le plan de situation de l’hôtel est très détaillé. Et David Bastian apporte son éclairage : En tant que groupe à vocation internationale, nous avons la chance d’avoir des équipes locales dans plusieurs pays européens. Par exemple, notre antenne à Milan visite et qualifie les hôtels dans toute l’Italie, en plus de négocier en direct avec eux. De plus, le site parie sur le forfait dynamique, qui a généré 10 % de ses ventes de forfaits pendant les week-ends du 1er et du 11 novembre.

Des choix différents selon le positionnement

Cette fonctionnalité est au contraire absente chez Karavel, question de positionnement. Pour une fin de semaine au pays de Dante, ce site arrive en bas du tableau avec une note aussi faible que 0,83/20 ! Motif : il est impossible de décliner précisément son souhait de voyage. L’internaute doit choisir un pays, et non pas une ville. En outre, il ne peut pas non plus préciser sa date de retour. In fine, le client fait chou blanc : aucune proposition n’est disponible face à une demande de week-end en Italie, selon le banc d’essai.

Pour sa défense, les week-ends n’ont jamais été la tasse de thé de Karavel : Nos ventes portent essentiellement sur des séjours d’une ou deux semaines, tant pour la marque Karavel que Promovacances, souligne Ludovic Pruche, directeur marketing du groupe Karavel. Notre coeur de métier reste toujours le forfait classique d’au moins une semaine.

Tous les sites de voyages ont des forces et des faiblesses, eu égard à leur stratégie. Petra Friedmann, directrice d’Opodo France, regrette que le banc d’essai n’ait porté que sur les week-ends pour ce qui concerne la navigation : Sur d’autres produits, nous aurions sans doute été mieux classés.

Sur selectour.com, Un week-end à Rome dans un hôtel 3 étoiles de la chaîne Best Western pour 2 personnes s’affiche à 3 040 E.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique