Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Mykonos

Juste l’harmonie

Dimanche, 7 heures : nous débarquons à Mykonos à contre-courant. Les derniers fêtards sont couchés, les boutiques fermées et les terrasses du port désertes. Que faire ? Suivre ce vieux papy à casquette qui se dirige vers une minuscule chapelle. Des chants s’en échappent, c’est l’heure de la messe. Les fidèles se pressent dans un tout petit espace saturé d’encens, embrassant les icônes les plus sacrées et reprenant les chants liturgiques en choeur. Prise de contact incongrue avec une île célèbre pour sa jet-set, l’occasion de constater que les Mykoniotes ont, malgré l’invasion touristique, conservé un grand sens des traditions, qui, en Grèce, semble indissociable de la religion. Le contre-courant serait-il la solution pour espérer approcher l’âme de Mykonos, île dont le monde entier semble s’être entiché ? En fin de matinée, les bateaux de croisières déverseront des milliers de plaisanciers, envahisseurs pacifiques mais bruyants et fort encombrants dans un village de poche, à la beauté parfaite. Avec ses maisons cubiques, arrondies par les couches de chaux, et ses chapelles à bulbe, il faut avouer qu’il est plus que beau. C’est une leçon d’harmonie, disait Le Corbusier. A la fois unique et emblématique des Cyclades. On fera donc, comme tout le monde, le tour des clichés de Mykonos : le port, ses barques colorées, son pélican et sa chapelle, Little Venise, les moulins… Il faut aussi prendre le temps de tourner le dos à la mer et de grimper sur les hauteurs pour découvrir un autre visage du village, plus populaire, moins ripoliné et plus secret.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique