Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Mettre en oeuvre une stratégie de tourisme durable Iso 26 000

La nouvelle norme prend en compte les critères socio-économiques et la notion de gouvernance. Des aspects qui seront bientôt inclus dans les obligations de reporting des entreprises.

Retardée la semaine dernière par un lobbying efficace, l’application de la Loi Grenelle 2 sur le reporting social et environnemental reste toutefois d’actualité. Certains opérateurs du tourisme ont déjà anticipé ces nouvelles législations en y trouvant matière à économies. Le retour sur investissement des actions engagés dans les villages Club Med certifiés Ecolabel Européen et Cap France, certifiés Iso 14 001, est, respectivement, de deux et trois ans. Mais les petits opérateurs du tourisme n’ont souvent pas les moyens, ni les dispositifs adaptés, pour mettre en oeuvre de telles démarches.

La nouvelle norme Iso 26 000, parue il y a un an à l’Afnor, souple en coûts d’accompagnement et d’investissement, et évolutive dans le temps, pourrait changer la donne. En témoigne Jean-François Simon, directeur général d’Éthic Étapes : « Cette norme globalise l’ensemble des référentiels existants. Elle offre des garanties intéressantes dans l’accompagnement au changement, par exemple, dans la formation du personnel ». Un avis partagé par Alexandra Box, chargée de la communication et développement durable à l’ UNAT (Union nationale des associations de tourisme et de plein air): « La commission développement durable travaille actuellement sur la problématique des indicateurs d’après les critères socio-économiques et la notion de gouvernance. À ce titre, le cadre Iso 26 000 peut apporter un regard intéressant pour valoriser notre démarche ».

La norme Iso 26 000 s’avère également intéressante comme outil de gestion, de benchmark, ou de communication interne et auprès du public. « Nous sommes parvenus à un taux de notoriété spontanée de 95 % » affirme Geoffroy Fusibay, responsable Qualité et développement durable de la Chambres de commerce et d’industrie de l’Essonne. Si l’on considère que cette norme est née de la demande du groupe des consommateurs à l’Afnor, qui souhaitaient mieux comprendre le comportement responsable et s’y retrouver dans la jungle des écolabels, les opérateurs touristiques pourraient y trouver leur compte… et passer de la théorie à la pratique.

La norme Iso 26 000 est évolutive dans le temps.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique