Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Lyon : la Fête des Lumières reprend ses droits cet hiver

Après une édition 2020 annulée en raison de la crise sanitaire, la Fête des Lumières retrouvera cette année une configuration classique.

L’événement sera ouvert dès le mercredi 8 décembre au soir, avec des illuminations et animations prévues de 19h à 23h les deux premiers jours, tandis que le vendredi et le samedi soir le parcours sera ouvert à partir de 20h et jusqu’à minuit. La Fête des Lumières, qui a attiré plus de 1,8 millions de visiteurs en 2019, est un moment clé pour la fin de l’année touristique de la capitale des Gaules.

Au-delà des sites emblématiques accueillant traditionnellement les illuminations et scénographies tels que la cathédrale Saint-Jean, la colline de Fourvière ou la place Bellecour, de nouveaux lieux seront investis tels que le quai Romain Rolland qui longe la Saône du côté du Vieux Lyon, ou le parc Blandan dans le 7e arrondissement.

Les partenaires contribuent moins au budget

Pour cette édition présentée par Grégory Doucet, le maire écologiste de Lyon, comme le « premier gros événement culturel post-Covid » dans sa ville, d’autres nouveautés sont prévues, comme l’installation de trois œuvres au parc de la Tête d’Or, au lieu d’une habituellement. L’ambition sera aussi de faire de Lyon une ville « à hauteur d’enfant », avec des créations pensées pour les plus jeunes comme au parc Blandan, où une fête foraine ludique sera installée avec des horaires adaptés de 18h à 22h.

L’organisation souhaite également un événement plus accessible aux « publics empêchés » comme les personnes âgées avec notamment des animations de réalité augmentée prévues dans quelque 200 Ehpad. Sera également installée une galerie lumineuse au sein de l’hôpital Saint-Joseph-Saint Luc. Au total, 3,5 millions d’euros sont investis pour cette Fête des Lumières édition 2021. Les partenaires extérieurs ont contribué à hauteur de 800 000 euros, soit moitié moins qu’en 2019.

A lire aussi : 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique