Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les petites phrases de François Hollande au congrès Selectour

Après Nicolas Sarkozy, c’est un autre ancien président de la République que Laurent Abitbol a invité au congrès de Selectour. Extraits choisis des propos de François Hollande, lors de la plénière mais aussi du point presse qui a suivi.

Flatteur. « Un nouveau départ (slogan de Selectour, NDLR), voilà un bon slogan pour l’élection présidentielle. Je le cherchais. »

Free Style. « Les Américains sont nos alliés, c’est bien connu. Et le Royaume-Uni est notre voisin, c’est bien ça le problème. »

Un père… agent de voyages. « Mon père était médecin. Et curieusement, à la fin de sa vie, il avait ouvert des agences de voyages » à Paris et Mantes-la-Jolie. « Je ne suis pas sûr qu’il ait gagné beaucoup d’argent avec… »

Frontières. « Il faudrait avoir une règle commune, pour franchir les frontières extérieures à l’Union européenne, ou même les frontières qui existent au sein de l’Union. »

Ile Maurice. « Il est aberrant qu’un Néerlandais puisse aller à Maurice – et pas un Français – pour revenir après en France sans aucune difficulté. »

Crise. « Par rapport à votre secteur qui a beaucoup souffert, les indemnisations étaient nécessaires. Le chômage partiel, indispensable. »  

Inquiet. « C’est un quasi congrès que nous faisons là. Ce sera-t-il toujours encore possible dans quelques semaines ? »

Quand le monde entier sera vacciné, on pourra voyager partout et en toute quiétude.

Confiance. « Quand il y a la levée des restrictions, l’aspiration la plus grande de nos compatriotes, c’est de prendre l’avion et de voyager. De plus en plus, vous allez proposer aux consommateurs des produits pour qu’ils passent des vacances agréables et écologiquement respectueuses. »

Réchauffement climat. « Ce processus du réchauffement mais aussi de la lutte contre ce phénomène (…) vont s’amplifier. Pour autant, doit-on arrêter de produire, de consommer, de voyager, de circuler ? Non, Il faut qu’on soit capable de faire décroître un certain nombre d’activités – celles qui utilisent beaucoup d’énergie fossile – et de faire croître d’autres activités. »

Terrorisme. « Ce n’est pas à un ancien président de laisser une image (dans l’esprit des Français). (…) Quoi que je fasse et je dise, les Français me disent que je suis le président des attentats. »

Laurent Abitbol, président du directoire de Selectour, et François Hollande, au congrès Selectour © Linda Lainé

Flatteur. « Vous contribuez à l’ouverture et à la connaissance. Vous êtes les garants et les promoteurs d’une liberté, d’une ouverture, d’une tolérance, d’une compréhension. Vous n’êtes pas que des agents de la mondialisation. (…) Il est très important que vous continuiez à ouvrir des fenêtres dans le monde. Vous avez un message à faire passer : ‘Vous voulez voyager ? Vaccinez-vous, vaccinez-vous vaccinez-vous’. »

 Vaccination. « Quand le monde entier sera vacciné, on pourra voyager partout et en toute quiétude. Il faudrait faire un geste de générosité (envers les pays les moins développés), ce qui serait le meilleur des investissements. »

La blague du scooter. « Ce scooter existe encore. Je pense en faire un jour un cadeau pour un musée. Mais j’attends que les enchères puissent monter. »

Internet. « On pouvait penser que le numérique allait mettre en cause l’organisation humaine du voyage. Ce n’est pas ce qui s’est produit. On peut aller sur la Toile pour voir les voyages qui sont proposés. Et à la fin, on va quand même voir son agence de voyages pour avoir les garanties et les bonnes informations. »

Antilles françaises. « La Guadeloupe et la Martinique ont un potentiel touristique très important. Ces îles ne peuvent pas non plus être mono-activité, autour du tourisme. Il y a des problèmes sociaux lourds (…). On ne les réglera pas par l’autonomie. »

Air France. « Dès lors que l’Etat est présent au capital, il ne peut pas laisser cette compagnie (tomber) en faillite. Il est absolument nécessaire de soutenir Air France. C’est une situation de force majeure. »

Ses vacances. « Quand mes enfants étaient en âge d’être avec moi, on partageait le temps entre les vacances en France plutôt l’été, et à l’étranger le reste de l’année. J’ai fait toutes les formules avec ma famille : dans des clubs, pour des vacances sportives, sur des plages lointaines, des voyages un peu éducatifs en Europe. »

Un ministère du Tourisme ? « C’est bien ce qu’on avait fait, nous, avec un ministre des Affaires étrangères en charge du Tourisme. Vous transformeriez le secrétariat d’Etat de Monsieur Lemoyne en ministère de Monsieur Lemoyne, la mesure n’aurait pas beaucoup d’impact. Le problème, c’est qu’il y a assez peu crédits associés au Tourisme. Ce serait un ministre de la Parole. »

Extrême-droite. « Le propre de l’extrême-droite, c’est la fermeture des frontières… En matière touristique, c’est un non-sens. »

Pas de discours d’Hammamet. « A la question « Imaginons qu’Anne Hidalgo ne décolle pas du tout dans cette campagne et se retrouve obligée de se retirer, vous y allez ? », François Hollande a répondu avec humour : « Vous imaginez que je vais faire cette déclaration ici ? Le discours d’Hammamet ? L’appel de Hammamet, ce serait un beau cadeau d’anniversaire », pour les 50 ans de Selectour, dont le congrès se déroule dans cette ville tunisienne. 

A lire aussi :

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique