Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les cadres voyageront plus, mais à l’économie

37 % des voyageurs d’affaires internationaux pensent se déplacer davantage en 2004, privilégiant la classe économique et les compagnies à bas prix.

Son attaché-case aux pieds, des rapports annuels sur les genoux, Eric Schiffi est en déplacement pour affaires sur un vol Paris-New York, en classe économique. Ce road warrior (guerrier de la route) tente de travailler sur son ordinateur portable. Un défi, compte tenu de l’agitation provoquée par un bruyant groupe d’enfants installé deux rangs derrière lui.

Ce cadre supérieur n’est plus un oiseau rare parmi les voyageurs d’affaires, selon une enquête menée par un cabinet indépendant de recherche britannique pour le compte d’American Express (Amex). Le leader mondial des déplacements professionnels a interrogé 800 voyageurs. Sans surprise, l’enquête révèle que 27,4 % des individus sondés ont réalisé moins de déplacements au cours des 12 derniers mois, en comparaison avec la même période un an plus tôt. Et 51,3 % estiment qu’ils ont voyagé autant. Mais, bonne nouvelle pour les agences spécialistes du voyage d’affaires, la reprise semble s’amorcer : 37,1 % des répondants comptent effectuer plus de déplacements au cours de la prochaine année. Mais cette moyenne occulte d’importantes disparités entre nationalités. Ainsi, il ne faut pas s’attendre à un bond spectaculaire pour la France : 58 % de nos compatriotes estiment que le rythme de leurs déplacements devrait rester constant l’an prochain et seulement 21 % parient sur une augmentation.

L’heure est toujours aux budgets serrés. Toutes nationalités confondues, la majorité des répondants (59,8 %) indiquent qu’ils sélectionneront toujours plus de tarifs économiques dans les prochains mois. Par rapport aux huit autres marchés interrogés, les Français sont les moins volontaires sur ce point (39 %).

Des réservations plus précoces

Autre tendance observée par Amex allant toujours dans le sens des économies : l’attrait des compagnies à bas coûts. 26,4 % des voyageurs d’affaires internationaux s’attendent à voler davantage sur les ailes d’un Easyjet ou autre Ryanair l’an prochain. La proportion atteint même un tiers en Angleterre et en Allemagne, où les compagnies low cost ont vraiment décollé, contre 20 % en France. Globalement, compagnies à bas prix ou pas, les voyageurs d’affaires ont l’intention de réserver plus à l’avance en 2004. Leurs concessions pour contenir les dépenses de voyages ont toutefois des limites. Parmi les voyageurs d’affaires français, 65 % rechignent à partir le week-end et 77 % se refusent à accepter de prendre plus de correspondances.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique