Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’édito de Dominique Gobert : Covid chinois, de qui se moque-t-on ?

On nage dans le grand n’importe quoi. Désolé de le dire, mais il faudrait quand même que la Chine, face au Covid, garde une certaine cohérence, à défaut d’une transparence pour le moins… opaque.

Il y a maintenant un peu plus de trois ans, un malheureux pangolin rencontrait une vieille chauve-souris qui n’avait rien demandé à personne… Telle est la légende afin d’expliquer la prolifération du Coronavirus, échappé de Chine. Adepte forcené de tourisme, ce Covid en a profité pour visiter la planète, sans trop de vergogne.

Trois ans après, la Chine ne semble toujours pas avoir éradiqué le croisement de ce pauvre pangolin avec la souris chauve. Seulement, en Chine, on ne rigole pas. Zéro Covid, avait annoncé Xi Jing Ping, chef de la Chine. Et confiné des millions de citoyens, condamnant l’entrée du pays aux diables étrangers et on connait la suite.

Dans le reste du monde, les chercheurs avaient finalement réussi à « contenir » l’épidémie. Sauf que, en Chine, ces confinements à répétition ont fini par irriter les habitants. Et, face à une ire de plus en plus violente, les autorités chinoises ont abandonné toute précaution et ouvert grandes leurs portes afin que les camarades puissent à nouveau visiter le monde !

Dominique Gobert, éditorialiste (DR:JP Leclerc)

Au mépris de toute précaution sanitaire !

Evidemment, pour le tourisme, particulièrement, c’était une nouvelle plutôt intéressante, les visiteurs venus de l’empire du Milieu représentant une manne non négligeable…

Et moi, benoîtement, je pose la simple question : de qui se moque l’empire du milieu (ou du quart, d’ailleurs) ?

Pendant des années, ces gens ont imposé des conditions drastiques, empêchant tout voyage vers leur pays. Du jour au lendemain, ces mêmes personnages décident de lever les restrictions.

Il semblait évident que le reste du monde, face à la « remontada » de l’épidémie en Chine, prenne quelques précautions. Et impose, avant l’entrée des Chinois des tests PCR. Simple et normal, n’est-il pas ?

Je remarque d’ailleurs au passage l’excellente cohésion de notre belle Europe : au lieu d’imposer des mesures communes, chacun fait selon son gré. Ce qui, finalement, ne sert pas trop dans la mesure où quand on ne passe pas par la porte, on rentre par la fenêtre.

Mais c’est pas tout : Pékin, dès hier, jugeait « inacceptables » les mesures prises par certains pays envers les voyageurs en provenance de Chine. « Il pourrait même y avoir des contremesures », préviennent les Chinois. Et de rajouter « Certains pays ont mis en place des restrictions à l’entrée visant uniquement les voyageurs chinois. Cela est dénué de base scientifique et certaines pratiques sont inacceptables ».

Et ta sœur, camarade ? Les frontières chinoises sont fermées depuis 2020. Mais pour aller maintenant en Chine, il faudra présenter un test de dépistage négatif de moins de 48 heures. Encore une fois, de qui se moque-t-on ?

Le Maroc, lui, reste très pragmatique : il interdit l’entrée sur son territoire à tous les voyageurs venant de Chine, quelle que soit leur nationalité.

Basta, par le grand Confucius !

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique