Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le secteur aérien dans l’étau des plans sociaux

Après avoir longtemps attendu, les majors européennes ont finalement annoncé des plans de restructuration, afin de faire face à la concurrence des low cost et des compagnies du Golfe.

Environ 25 000 emplois vont être supprimés dans les années à venir, notamment en 2013.

Air France a ainsi prévu plus de 5000 suppressions de postes dans le cadre de son plan Transform 2015 et un renouvellement de son offre, tandis que 3000 postes pourraient disparaître chez KLM. Objectif, réduire un endettement de près de 6 milliards, qui représente 100% du capital, et retrouver la rentabilité en 2015, grâce à une marge opérationnelle de plus de 6%.

Lufthansa devrait aussi supprimer 3500 postes dans les années à venir, et a annoncé le lancement d'une offre low cost via sa filiale Germanwings. Même tactique pour Iberia, qui doit supprimer 4500 emplois et créer sa compagnie low cost, Iberia Express. La liste des compagnies en difficulté –SAS, qui doit supprimer 6000 emplois sur 15 000, Brussels Airlines, Air Berlin ou encore Alitalia, de nouveau proche de la faillite– s'allonge au fil des mois, renforcée par les perspectives économiques sombres en Europe.

L'alliance plutôt que l'affrontement

Les compagnies traditionnelles, concurrencées par les low cost sur le court et moyen-courrier, n'ont d'autre choix que de copier leurs modèles, d'où la multiplication des plans sociaux, l’augmentation de la productivité demandée au personnel (voir la baisse des salaires, comme chez Air Europa), ou le lancement d'offres low cost avec un "service minimum". Comment Lufthansa peut-elle espérer se battre à armes égales avec Ryanair, alors qu'il lui faut 6 fois plus de personnel pour faire voler un passager, s'interrogeait un expert l'an dernier ?

Les majors européennes devront aussi faire face à un la concurrence des compagnies du golfe, prisées pour leur excellent service. Pour reconquérir des parts de marché sur le long-courrier, source traditionnelle de profits, certains ont choisit l'alliance plutôt que l'affrontement. Tout en investissant dans le renouvellement de ses cabines, Air France a ainsi signé avec Etihad un accord de partage de codes en octobre dernier. Une stratégie à suivre en 2013, les deux compagnies ayant annoncé que d'autres lignes pourraient entrer dans l'accord et qu'il existait d'autres domaines potentiels de coopération comme des achats en commun ou la maitenance.

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique