Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

le groupe Vision victime du Japon

Le dépôt de bilan du groupe qui travaillait avec sa marque Vision du Globe en direct avec les CE et collectivités pourrait grever les comptes de l’APST de près d’un million d’euros.

Vision du Globe a effectué le 18 avril une déclaration de cessation de paiement auprès du tribunal de commerce de Bobigny. À la suite de cette défaillance financière, l’APST, à la demande de l’entreprise, a libéré en services la garantie qu’elle lui apportait. « Le sinistre va être important pour l’association car il y avait beaucoup de départs de groupes », indique Raoul Nabet, président de l’APST. Deux départs étaient prévus le week-end dernier, vers la Croatie et le Guatemala. Un troisième était programmé le 28 avril. « Nous aurons une idée plus précise du nombre de clients à prendre en charge d’ici quelques jours», remarque Raoul Nabet. Mais plus de 300 pourraient être concernés, et qui seront tous à la charge de l’APST, puisque Vision du Globe travaillait principalement en direct avec les comités d’entreprises et les collectivités. La marque Changer d’Air est également concernée. En revanche, le sort de Longs-Courriers, dans le giron du groupe Vision depuis sa reprise en 2007 et qui bénéficie d’une structure juridique à part, était encore incertain en début de semaine, au moment de notre bouclage. Même chose pour le réceptif African Secrets, qui opère au Kenya. « Je ne suis pas très optimiste, indiquait cependant Irvin Rosental, président fondateur du groupe Vision. Nous faisons tout pour sauver ce qui peut l’être. »

UNE DÉGRADATION TRÈS RAPIDE

La dégradation de la situation financière de Vision du Globe a été très rapide car « les clignotants étaient encore au vert l’an dernier », note Raoul Nabet. Le TO a déclaré 1,8 ME de capitaux propres au 30 juin 2010 pour un volume d’affaires de 20 Me, qui a chuté de 40 % depuis. Le TO avait notamment pris des engagements importants sur le Japon pour le printemps.

« Nous faisons normalement 2 000 pax sur cette destination. Nous avons annulé tous les voyages jusqu’à 2012 », détaille Daniel Chaillou, directeur commercial. L’épisode du volcan en 2010 avait par ailleurs déjà beaucoup pesé sur les comptes de l’entreprise. Pour l’APST, c’est en tout cas un sinistre qui pourrait coûter cher, de l’ordre de plus d’un million d’euros.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique