Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La green attitude, c’est pour demain

Les voyageurs rechignent encore à faire des concessions pour aider la planète à mieux respirer. Mais les mentalités changent… doucement.

Le réchauffement climatique vous incite-t-il à organiser vos courts séjours ou vacances de façon à limiter l’émission de gaz à effet de serre (GES) ? Oui, il s’agit d’une priorité, ont répondu 7 % des Français partis en vacances, dans le cadre du baromètre 2010 du cabinet Raffour Interactif. C’est relativement peu (2,2 millions de personnes). Et surtout, le pourcentage diminue depuis quatre ans. Comment expliquer cette tendance, à l’heure où le sujet du développement durable est omniprésent ? Réponse de Guy Raffour, fondateur du cabinet : « La préoccupation environnementale baisse en raison de la conjoncture économique. » En clair : être écolo, c’est bien, mais être économe reste la priorité. « Les Français ont déjà intégré et banalisé la question environnementale, notamment dans leurs choix de transports, ajoute Guy Raffour. Ils ont une appétence pour le train, les véhicules qui dégagent moins de GES, et le covoiturage. »

L’AVIS DES AGENTS

Les 400 agents de voyages interrogés en août et septembre par Raffour Interactif sont convaincus que le développement durable fera partie de l’ADN touristique de demain. Pour 78 % d’entre eux, l’intégration des aspects environnementaux dans la création des prestations par les professionnels se généralisera d’ici dix ans. « Les agences pensent que c’est nécessaire, elles ont raison. Il ne faut pas choisir un système optionnel comme la compensation carbone, qui est difficile à mettre en oeuvre. Nous devons au contraire banaliser, industrialiser et rendre lisibles les offres qui permettent de contenir les émissions de GES. » Parmi les Français sensibles à la lutte contre le réchauffement climatique, 73 % se disent surtout prêts à choisir un mode de transport moins polluant, 46 % à réserver un hébergement respectueux des normes environnementales, la compensation carbone ne recueillant que 29 % des suffrages.