Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La Commission européenne fait les yeux doux aux touristes chinois

C’est aujourd’hui qu’est lancée  l’Année du tourisme UE-Chine 2018, une initiative financée par la Commission européenne visant à  étendre la coopération entre la Chine et l’Union européenne en matière de tourisme.

Depuis 2012, les Chinois sont en tête du classement mondial des pays les plus dépensiers en matière du tourisme international. En 2016, ils ont dépensé 261 milliards de dollars (+12% vs 2015). Au total,  23% des recettes touristiques à l’international sont générées grâce aux voyageurs chinois. Alors forcément, ils sont très courtisés. C’est également le deuxième marché où le voyage le plus à l’étranger : en 2016, les Chinois ont effectué 122 millions de voyages à l’étranger, soit un cinquième du tourisme mondial. Des arguments de poids pour décider l’UE à lancer une offensive séduction. Pour favoriser la coopération entre la Chine et l’Union européenne en matière de tourisme, et “explorer de nouvelles initiatives pour accroître le flux de touristes voyageant vers ces deux destinations”, la Commission européenne donne aujourd’hui le coup d’envoi de l’Année du tourisme UE-Chine 2018. C’est la première fois qu’une telle initiative voit le jour entre les deux partenaires.

Un enjeu XXL pour le tourisme en Europe

Financé par la Commission européenne et mis en oeuvre par les principales organisations européennes du tourisme, Welcome Chinese, ETC (Commission européenne du voyage), et ETOA (l’Association européenne du tourisme), ce programme repose sur quatre principaux objectifs. Il a notamment pour but de promouvoir les destinations moins connues en Chine et dans l’Union européenne, d’améliorer l’accueil des voyageurs, sujet extrêmement sensible sur ce marché, mais aussi de faciliter la délivrance des visas. L’amélioration des liaisons aériennes entre ces deux régions du monde est également inscrite dans la feuille de route. Le programme pourrait enfin connaître certains prolongements au-delà de l’Année du tourisme UE-Chine 2018. La Commission européenne prévoit en effet d’évaluer à la fin de l’année la création d’un fonds touristique destiné à soutenir le développement des activités entre l’Europe et la Chine.

L’enjeu est en effet de taille pour la destination Europe, et ce alors qu’elle a déjà réalisé de très belles performances selon les derniers chiffres de l’OMT. Championne toute catégorie, l’Europe,  en particulier méditerranéenne, est en effet le continent qui a le plus attiré les visiteurs (+8%). A elle seule, la région (dans laquelle l’OMT inclut la Turquie) a accueilli près de la moitié des touristes (671 millions).

« Le plus grand partenariat touristique du 21e siècle »

Or, 90% des touristes en Europe viennent des États membres de l’Union européenne, selon des données fournies par les porte-parole de l’Année du tourisme UE-Chine 2018. La destination ne capte donc que peu des touristes chinois. Même si le nombre de voyages à destination de l’Europe depuis la Chine reste élevé : à 12,8 millions de voyages en 2016 (sur 122 millions de voyages effectués à l’étranger). D’ici 5 ans, ce chiffre pourrait grimper à 20,8 millions par an. L’enjeu est aussi essentiel pour la France, destination favorite des touristes chinois, mais concurrencée par l’Italie depuis les attentats.

« Ce n’est qu’avec de la communication et de la coopération que la Chine et l’Europe pourront avoir des résultats à la hauteur de leur potentiel, qui est de construire le plus grand partenariat touristique du 21e siècle », commente Tom Jenkins, PDG de l’ETOA (l’Association européenne du tourisme). Au-delà des cérémonies d’ouverture, qui ont lieu à Venise, d’autres événements destinés à promouvoir l’année du tourisme UE-Chine sont prévus tout au long de l’année. Ce sera notamment le cas lors de L’’ITB Berlin, le 6 mars prochain.

Dans la même rubrique

Les commentaires sont fermés.