Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Jean-Baptiste Lemoyne/Omicron : « On ne laissera tomber personne »

Lors du Totec 2021, le ministre délégué au Tourisme a évoqué le retour des motifs impérieux pour les voyages entre la France et le Royaume-Uni. Jean-Baptiste Lemoyne a promis que le gouvernement continuerait d’accompagner tous les acteurs impactés par les nouvelles restrictions dues au variant Omicron.

L’obligation de motifs impérieux pour les déplacements entre les deux pays, dès samedi, vise à faire barrage au variant Omicron très présent outre-Manche, a expliqué le ministre délégué au Tourisme et aux PME.

« La cinquième vague nous a amenés à prendre des décisions liées à la mobilité, depuis et vers le Royaume-Uni, a-t-il souligné lors du Totec organisé par Eventiz Media Group le 16 décembre à Paris. J’ai bien conscience de ce que cela peut impliquer notamment pour les destinations de ski. Dès hier, nous étions en contact avec DSF (Domaines Skiables de France, NDLR) et l’ANMSM (Association Nationale des Maires des Stations de Montagne) et tout l’écosystème. Naturellement, on ne laissera tomber personne. L’Etat continuera d’être là. »

Des réunions ont déjà démarré et se poursuivent jusqu’au début de la semaine prochaine, avec les professionnels impactés par les mesures instaurées depuis le début du mois, et notamment les restrictions aux frontières du Royaume-Uni. Un dispositif d’aides devrait être prochainement annoncé. Les acteurs de la montagne sont notamment visés, les Britanniques représentant 15% de la clientèle ski en France.

Les EdV dans l’expectative

Les Entreprises du Voyage font partie des organismes qui ont récemment poussé la porte de Bercy afin de demander de nouvelles mesures d’accompagnement.

Le syndicat se félicite de la prolongation de la prise en charge de l’activité partielle jusqu’au 31 janvier 2022, nous a confié sa secrétaire générale Valérie Boned, en marge du Totec. Le reste à charge est nul pour les entreprises justifiant d’une perte de chiffre d’affaires d’au moins 65%.

Mais d’autres requêtes sont toujours sur la table. Les EdV sollicitent la prolongation de la prise en charge des coûts fixes jusqu’à la fin du mois de janvier. Et ils souhaitent une exonération des charges, comme les discothèques l’ont obtenue. Les réponses du gouvernement sont attendues dans les prochains jours.

S’agissant du fonds de solidarité, certains opérateurs du voyage auraient souhaité leur retour, mais le gouvernement y est totalement opposé.

Voyage dans l’UE : pas de tests pour les personnes vaccinées

Les professionnels craignent désormais de nouvelles restrictions en France. Le conseil de défense sanitaire de ce vendredi 17 décembre à 16h pourrait en décider pour endiguer la pandémie.

Alors que d’autres pays comme l’Italie ou la Grèce demandent dorénavant des tests aux voyageurs français, Emmanuel Macron a tenu à rassurer. « Face aux variants du virus, nous devons continuer d’agir en Européens. Les personnes vaccinées n’auront pas à réaliser de tests pour voyager entre les pays membres de l’Union européenne », a tweeté hier le président de la République.

L’absence de coordination au sein de l’Union européenne représente un grain de sable supplémentaire pour la mobilité internationale.

______________________________________________________________________

Une destination « peut émerger en 30 ans »

Toujours lors de la 12e édition du Totec, sur le thème « French Connections », Jean-Baptiste Lemoyne s’est également exprimé sur la « compétition féroce » opposant les destinations. « Ces emplois qui sont aujourd’hui chez nous peuvent demain être ailleurs. Tout cela est une économie de l’offre. Regardez en ce moment l’Expo universelle qui se tient à Dubaï. Il y a 30 ans, Dubaï n’était pas une destination ni loisir ni d’affaires. Aujourd’hui, c’est les deux. »

« En 30 ans, from scratch, une destination peut émerger et attirer des flux. Par conséquent, nous ne pouvons pas nous reposer sur nos lauriers de première destination mondiale. » Et Dubaï n’est pas un cas isolé, ajoute le ministre délégué. « L’Arabie saoudite est en train de structurer », « à coup de milliards et dizaines de milliards ».

Face à l’ensemble des destinations concurrentes, « il fallait structurer le tourisme ». D’où le plan de reconquête et de transformation du tourisme présenté par le Premier ministre Jean Castex. La France compte ainsi « se réarmer sérieusement » en matière de politique touristique, afin de préparer le rebond, avec une enveloppe de 1,9 milliard d’euros. « J’ai beaucoup de chance de pouvoir compter sur un président de la République que le sujet intéresse. » Jean-Baptiste Lemoyne a aussi insisté sur la nécessaire coordination en Europe en matière de promotion. Avant d’adresser un message plus personnel à Frédéric Vanhoutte, fondateur du Totec et éditeur de L’Echo touristique, pour le féliciter d’organiser des événements qui apportent de « petit shoots d’énergie ». Tables rondes, conférences et pitchs de start-up ont ponctué l’événement d’hier.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique