Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Dubaï : On a visité le pavillon France de l’Exposition universelle

Pendant la pandémie, Dubaï a fait partie des destinations qui ont le moins souffert. L’Exposition universelle 2020 va lui donner encore plus de poids sur la scène touristique mondiale. Nous avons visité le pavillon France.

D’une superficie de 5 000 m2 dont 1 200 en extérieur, conçu par l’atelier Perez Prado et Celnikier & Grabli Architectes, c’est le cinquième plus grand pavillon de l’Exposition Universelle. Son esplanade géante, unique en son genre parmi les 192 pays représentés, accueille des expositions temporaires tels que des photos sur l’espace avec Thomas Pesquet (ambassadeur du pavillon), les habits intelligents de Lille3000, ou les QR Code en 3D de l’artiste plasticien Sépànd Danesh. Ses 25000 leds qui tapissent le plafond ne laisseront pas insensibles les visiteurs.

Bon point à noter, la France a fait le choix de démonter entièrement le bâtiment à la fin de l’Exposition. Celui-ci sera remonté sur le site du CNES à Toulouse. Le pavillon qui a pour thème « Lumière, Lumières », est articulé autour de trois espaces ou trois « planètes » : les sciences, l’éducation et les arts.

Science : L’encyclopédie de Diderot et d’Alembert
Qui n’a jamais entendu parler de l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers… Cet ouvrage majeur dans l’histoire de l’Humanité, écrit par Denis Diderot et Jean Le Rond d’Alembert, est un classique des cours d’Histoire. Il sonne comme une madeleine de Proust pour les visiteurs du pavillon.

Et, à la différence de l’Italie qui a installé une réplique de la statue de David imprimée en 3D, la France a fait le choix d’envoyer 35 volumes originaux d’une des œuvres fondatrices du mouvement des Lumières. Un événement en soi et une chance dont les spectateurs étrangers ne semblent pas toujours saisir l’étendue. Un choix cohérent avec le thème choisi par la pavillon France « Lumière, Lumières », mais aussi avec l’esprit de l’Exposition universelle valorise les idéaux du progrès. La planche Arbre de la Connaissance, du tome 34, reproduite en format géant sur un mur est à couper le souffle…

Education : le bateau d’Art Explora
Frédéric Jousset est un entrepreneur philanthrope, bien connu du marché puisqu’il a cofondé Webhelp, une entreprise de centres d’appels et d’assistance web pour la gestion de la relation client. En novembre 2019, il a créé la Fondation Art Explora qui a pour projet de réduire la fracture culturelle en partageant l’art au plus grand nombre. Art Explora part d’un constat simple : 60% de la population mondiale vit à moins de 60 km des côtes. La fondation décide donc de créer un catamaran-musée qui naviguera sur toutes les mers du globe pour proposer des expositions à des peuples qui n’y auraient jamais accès.

C’est ce projet d’exposition numérique, dans la droite lignée des idées universalistes et humanistes des Lumières (le thème, toujours), qui est présenté dans la partie art du pavillon France, via une maquette géante et un film panoramique. Art Explora présente également une œuvre interactive de l’artiste franco-algérien qu’elle soutient Neil Beloufa. A voir !

Art : l’Exposition sur Notre-Dame de Paris, une expérience immersive
C’est la partie du pavillon France qui attire le plus de spectateurs. Surtout les étrangers. La start-up française Histovery plonge les visiteurs dans une visite immersive de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Via une tablette, il est possible d’être plongé dans Le sacre de Napoléon peint par David (une claque !). Mais aussi sur les chantiers de construction il y a 850 ans, ou de reconstruction actuel. Cette Exposition est une version abrégée d’une plus conséquente qui se tiendra au collège des Bernardins, à Paris, au printemps 2022.

Un espace privatisable pour le Mice et le B2B 
La France a été un des seuls pavillons de l’Exposition à prévoir un espace privatisable pour des événements B2B. Niché à 21 m, le Belvédère est un espace de 1 000 m² modulables qui s’adapte à tous les événements professionnels : cocktails, réceptions, événements de démonstration. Sa grande terrasse permet une vue superbe à 180° sur une bonne partie de l’Exposition. Structuré autour d’une agora, d’un showroom, d’un auditorium d’une capacité de plus de 130 personnes, et de salles de réunion, le Belvédère peut accueillir jusqu’à 320 personnes.

Les critiques sur la pavillon 
Quand on questionne les touristes étrangers dans les travées de l’Exposition beaucoup regrettent le côté trop sérieux du pavillon France, son manque de didactisme. Cela s’explique de deux manières : premièrement beaucoup de pavillons ont choisi de tout miser sur le digital, sur des expériences immersives, certes impressionnantes, mais beaucoup moins profondes et complexes que les multiples axes développés sur le pavillon français. Deuxièmement, il faut rappeler que le but des Expositions universelles est normalement de promouvoir les progrès technologiques au service de l’Humanité. Ce à quoi la France, souvent un peu trop bonne élève, répond parfaitement. Beaucoup d’autres pays ont simplement choisi de promouvoir leur pays, sans aucune volonté de progrès pour l’Humanité.

Autre critique, et celle-ci est plus personnelle, le pavillon met beaucoup, peut-être un peu trop en avant de grandes entreprises françaises, qui présentent leur projet. Un choix qui s’explique sans doute par le financement du coût du pavillon, l’Etat ayant choisi de limiter les dépenses.

Pour y aller :
FTI Voyages, Les Maisons du Voyage, Asia, Intermèdes, Thalasso N°1/Ôvoyages, FTI Voyages, Vacances Bleues, Verdié Voyages, Voyages d’Exception, Exotismes, Worldia, Directours, Arts et Vie, Bleu Voyages… De nombreux acteurs se sont engouffrés sur le marché. La compagnie Emirates offre une place pour l’Exposition pour tous les voyageurs qui réservent une place sur leur vol.

 

3 commentaires
  1. Laurent dit

    Le pavillon Français n’a aucune interactivité avec le visiteur, c’est une succession d’images sans réelles explications. Les visiteurs traversent le pavillon sans comprendre quoi que ce soit, la seule interaction qu’ils vont avoir est pour demander le tampon du pavillon sur leur passeport de l’exposition. Et ce n’est pas la salle Notre Dame de Paris qui va changer chose du fait de sa complication (tablette tactile, étroitesse, sens circulation, …). Il est vraiment regrettable que contrairement à beaucoup d’autres pavillons (dont celui des EAU qui est un trés bel exemple),il n’y ait pas d’explications données par les personnes qui sont dans le stand. C’est donc un grand pavillon … mais un des moins intéressants sauf pour acheter/manger un produit français dans le restaurant avant la sortie.

  2. lucien laloum dit

    dommage que vous ayez oublié BLEU VOYAGES nous avons plus de 31 départs BTOB avec les institutions CPME National , UNTEC NATIONAL, COBATY, les agglopoles OCCITANIE , PARIS MATCH , CHALLENGES et 21 soirées sur le Pavillon Francais et durant la quinzaine de la FEMME , avec le FCE et FEMMES ET SCIENCES , avec l’intervention de la FRENCH BUSINESS COUNCIL, des conférences de Mr ROUGERIE, ME DOMINIQUE LEGLU directrice rédactionnel du groupe CHALLENGE, MIKAA MERED spécialistes de l’hydrogène, les astronautes MR CLERVOY , Mr Nicolas Bouzou economiste…….

  3. Paradis dit

    Français de l’étranger, j’ai débuté ma visite de l’exposition par ce pavillon. Très déçu, j’ai eu exactement la même impression que les étrangers interrogés. Pour moi, la France est hors sujet pour le public, ou en tout cas bien décevante.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique