Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Grève SNCF : les week-ends de Noël et du Jour de l’an toujours menacés

A la SNCF, le mouvement de grève des contrôleurs échappe aux syndicats et risque de perturber Noël et le Nouvel An.

Pas d’appel à la grève mais des préavis maintenus : la situation se complique pour les week-ends de Noël et du Nouvel An à la SNCF où les syndicats laissent désormais à chaque contrôleur le soin de se joindre ou non au mouvement lancé par un collectif.

« Nous regrettons le maintien des préavis alors que des mesures concrètes et conséquentes étaient sur la table au terme de plusieurs semaines de négociations », a réagi le PDG de SNCF Voyageurs, Christophe Fanichet.

« Nous espérons que l’absence d’appel à la grève sera entendu », a souhaité le patron de la compagnie. « Toute notre énergie va maintenant être consacrée à la préparation des plans de transport afin de permettre à un maximum de nos clients de voyager », a ajouté M. Fanichet, indiquant vouloir communiquer dès mardi le nombre de trains supprimés et maintenus le week-end prochain, « pour permettre à nos clients de s’organiser ».

Situation catastrophique pour la SNCF

S’il est encore trop tôt pour connaître l’impact sur la circulation des trains de ce mouvement de colère des chefs de bord –le nom officiel des contrôleurs– la situation devient particulièrement inconfortable pour la direction de la SNCF.

Un premier week-end de grève, du 2 au 5 décembre, avait conduit la SNCF à annuler 60% de ses TGV et Intercités. Un scénario catastrophe qu’elle souhaite éviter pour les week-ends de Noël et du Nouvel An.

Depuis novembre, celle-ci peine à nouer le dialogue avec le collectif de contrôleurs à l’origine du mouvement social, et que les syndicats tentent d’encadrer tant bien que mal.

Le collectif national ASCT (CNA) rassemble sur Facebook plus de 3 500 membres et rejette toute accointance avec les syndicats, même s’il a dû s’appuyer sur les organisations syndicales pour porter ses revendications et déposer des préavis de grève.

« Fraudes et tentatives de manipulation du vote »

Le collectif de contrôleurs, qui réclame une meilleure reconnaissance de la spécificité de ce métier, a été reçu avec les syndicats le 8 décembre. A l’issue de celle-ci, la direction a proposé d’augmenter la « prime de travail » des chefs de bord de 600 euros par an, dont une partie serait intégrée à leur salaire en 2024, ainsi qu’une indemnité supplémentaire de 600 euros bruts par an.

D’autres mesures spécifiques concernant l’avancement ont été mises sur la table afin de faciliter le déroulement de carrière des chefs de bord. « Nous avons tout fait pour trouver une issue favorable et éviter un conflit qui sera pénalisant pour les voyageurs », a souligné Christophe Fanichet.

Ces mesures sont d’un « très bon niveau et répondent aux revendications du CNA », a estimé dès vendredi l’Unsa-Ferroviaire, annonçant retirer son préavis de grève. Mais le CNA, qui a souhaité organiser une consultation en ligne, a été incapable de dégager une position claire. « Nous avons décelé de nombreuses fraudes et tentatives de manipulation du vote », a reconnu vendredi le collectif, contraint d’annuler le scrutin. Il a ensuite confié le soin aux syndicats « d’organiser des votes auprès de leurs adhérents contrôleurs, afin de se positionner sur la poursuite ou pas du mouvement ».

Climat social fragile à la SNCF

SUD-rail a donc « organisé une consultation de l’ensemble de ses structures » mais celle-ci n’a « pas permis de dégager une position majoritaire », a-t-il concédé lundi. En conséquence, le syndicat a décidé de maintenir son préavis pour laisser la porte ouverte à d’éventuels grévistes, tout en n’appelant pas lui-même ouvertement à la grève. Même chose du côté de la CGT-Cheminots. « Nous laissons le préavis à disposition de nos adhérents qui souhaitent s’impliquer dans la démarche », a indiqué à l’AFP son secrétaire général, Laurent Brun.

Quatrième et dernier syndicat représentatif du groupe public, la CFDT-Cheminots n’avait toujours pas fait connaître sa position lundi après-midi. Quant au collectif des chefs de bord, il restait injoignable.

Le climat social reste fragile à la SNCF puisque les propositions de hausse de salaire pour 2023, formulées par la direction le 7 décembre lors des négociations annuelles obligatoires (NAO), n’ont été signées que par un syndicat -la CFDT- sur quatre.

La direction a proposé une série de mesures aboutissant selon elle à une revalorisation salariale de 5,9% en moyenne, dont 2% d’augmentation générale pour tous. Des mesures jugées insuffisantes par la CGT, l’Unsa et SUD-Rail.  

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique