Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Elle vend son agence pour créer un TO responsable

Alexandra Cauvin vient de créer Mission Aventures. Ce TO fondu de développement durable est soutenu, dans ses démarches, par l’agence Selectour qu’elle vient de vendre.

Un voyage de comité d’entreprise limité à 12 personnes, ça n’existe pas. Un stagiaire qui change votre vie professionnelle, ça n’existe pas. Et pourquoi pas ?, pour plagier Robert Desnos. Alexandra Cauvin en témoigne. Cette femme de 46 ans a vendu son agence Selectour Manava Voyages pour créer un TO de tourisme durable baptisé Mission Aventures. Le projet est né d’une rencontre avec un stagiaire de l’agence, Emmanuel Orset, qui a réalisé une thèse sur le tourisme durable. Quand il crée sa société Toguna Concept, Alexandra Cauvin le suit. Ensemble, ils montent des voyages respectueux de l’environnement et de la culture, dans une logique de soutien à l’économie locale. Les séjours sont ponctués d’ateliers pêche ou cuisine, voire de visites de coopératives. Le premier groupe est parti au Maroc le 2 mai, pour une méharée avec bivouac et hébergement chez l’habitant. En plus du royaume chérifien, Alexandra Cauvin programme le Mali, la Mauritanie et Madagascar. Une partie des recettes finance, en toute modestie, des projets sur place (forage, coopérative agricole ou d’artisanat, rénovation d’école). « Nous donnons 5 % de la commission hors vol à une association portant une initiative de développement local. De plus, nous incluons dans nos prix un coût de main-d’oeuvre locale, reversé à cette même association. » Mission Aventures reste une entreprise pavée de difficultés. Il faut trouver de bons interlocuteurs. « Je travaille avec l’ONG Tetraktys, qui a de nombreux contacts et assure le suivi sur le terrain. » De plus, le modèle économique est complexe. Le TO se limite à 12 personnes par départ, « afin de protéger la vie des villageois ». Du coup, ses prix sont au-dessus du marché (de 100 à 150 E sur le Maroc). Reste à convaincre les voyageurs que c’est l’effort financier à fournir pour apporter sa pierre au tourisme durable.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique