Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Didier Arino : « Les grands groupes du tourisme commencent à souffrir »

Selon le directeur associé du cabinet Protourisme, la crise sanitaire rattrape toutes les entreprises, des TPE aux grands groupes.

Didier Arino a interrogé les hébergeurs français, afin de prendre le pouls du marché pour les vacances de la Toussaint. « Les réservations sont en baisse d’environ 50% pour la destination France », estime le directeur associé du cabinet Protourisme. Le recul des clientèles étrangères mais aussi française explique la chute d’activité, qui touche particulièrement le secteur hôtelier.

Mais cette moyenne cache d’importantes disparités. « Les réservations à Paris plongent de 80%, alors que les espaces ruraux sont plutôt à -10%. » Celles des destinations balnéaires diminuent également, mais nettement moins que dans les villes, qui subissent aussi l’absence d’événements, ajoute l’expert. Les prochaines vacances se joueront, en partie, à la dernière minute.

« Ce qui est inquiétant, c’est le fait que de grands groupes commencent à souffrir. Des groupes considérés comme insubmersibles, tels Accor, Pierre & Vacances, Disneyland Paris. Par exemple, Disneyland Paris enregistre 15% à 50% de sa fréquentation habituelle. Et seuls 2 de ses 7 hôtels sont ouverts. »

Vers une hyper saisonnalité

Toujours selon Protourisme, les réservations de voyages à l’étranger dévissent de 80% pour la Toussaint. Un pourcentage qui correspond effectivement à la chute d’activité constatée par la plupart des TO et des agences de voyages. La réouverture cacophonique des frontières, les restrictions croissantes, les couacs des tests PCR et la crainte d’une seconde vague justifient la frilosité des Français.

« C’est dommage parce qu’avec le passage à deux semaines de vacances pendant la Toussaint, le taux de départ en vacances avait bien progressé au cours des dernières années. Les Français séjournaient dans un parc de loisirs, partaient en vacances en Europe en low cost, ou effectuaient un séjour en long-courrier. Nous avions une forme d’étalement des vacances. Là, nous retournons dans une hyper-saisonnalité. D’autant que l’actualité reste très anxiogène. »

Reste-t-il une petite note d’espoir pour donner du baume au coeur des professionnels du voyage ? « Si la météo est favorable à la Toussaint, nous aurons une accélération des prises de réservations, notamment sur le littoral »

A lire :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique