Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Corse : Corsica Linea inaugure son premier navire propulsé au GNL

La compagnie maritime Corsica Linea a inauguré jeudi à Ajaccio son premier navire en partie propulsé au gaz naturel liquéfié (GNL), qui permettra l’absence d’émissions de fumée près des côtes lors de ses traversées entre Marseille et la Corse.

Le secteur de la croisière investit dans sa transition, y compris le segment des ferries. Corsica Linea vient d’inaugurer son premier navire propulsé, en partie, au GNL. « C’est le premier navire neuf en Corse depuis 11 ans (…) et le premier navire à desservir la Corse au GNL », se félicite Pierre-Antoine Villanova, directeur général de la Corsica Linea, créée en 2016 sur les cendres de la Société nationale Corse Méditerranée (SNCM).

Baptisé « A Galeotta » (référence au navire amiral de la flotte de Pascal Paoli), ce neuvième navire de la compagnie, qui peut accueillir 150 voitures, 170 remorques et 930 passagers, effectuera la ligne Marseille-Bastia en semaine et Marseille-Ajaccio le week-end. Le ferry, dont la première traversée commerciale aura lieu dimanche soir, sera propulsé au GNL « dans un premier temps sur une partie de la traversée et progressivement sur son intégralité », souligne le directeur général de la compagnie aux bateaux rouges.

180 millions d’euros investis dans la transition

Pour commencer, le « A Galeotta » sera propulsé pendant « un quart de la traversée » au GNL près des côtes corses et marseillaises et, pendant les trois quarts restants, au fioul léger à 0,1%, ajoute Pierre-Antoine Villanova, qui assure avoir investi « 180 millions d’euros depuis 2019 dans la transition environnementale ».

Corsica Linea a été critiquée fin 2021 par plusieurs associations de défense de l’environnement pour avoir obtenu de l’État français une dérogation pour utiliser du fuel plus polluant via l’utilisation de dispositifs de nettoyage des fumées appelés « scrubbers ». Ces derniers peuvent fonctionner en circuit ouvert ou fermé, polluant dans le premier cas les fonds marins. Corsica Linea dispose à ce jour de cinq navires équipés de scrubbers, dont deux en boucle fermée.

Réduction de 99% des particules fines et des émissions de soufre

Fin décembre, l’Organisation maritime internationale (OMI) a entériné la création d’une « zone de contrôle des émissions d’oxydes de soufre et de particules » sur l’ensemble de la Méditerranée à compter du 1er mai 2025. Cinq navires de la compagnie appliquent déjà ces normes Seca de limitation de la teneur en soufre dans les carburants « depuis 2020 », précise Pierre-Antoine Villanova.

Naviguer au GNL revient à réduire de « 99% les particules fines et le soufre » : « pour les habitants d’Ajaccio ou de Bastia, c’est l’émission de zéro fumée ». « Par rapport à une traversée traditionnelle, ce sont 20% des émissions de gaz à effet de serre qui seront évitées et 85% des émissions d’oxyde d’azote en moins », relève également Amaury de Saint-Quentin, le préfet de Corse, saluant cette initiative 100% privée.

La Corsica Linea, qui emploie 1 500 salariés sous pavillon français, se partage avec La Méridionale la délégation de service public maritime (DSP) pour relier les cinq ports corses à Marseille. En France, l’armateur CMA CGM dispose de plusieurs porte-conteneurs propulsés au GNL tandis que la compagnie italienne de croisières Costa Croisières a été la première à proposer un navire au GNL en 2019.

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique