Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Coronavirus : Airbnb lève (encore) 1 milliard de dollars, sous forme de dette

Quelques jours après avoir annoncé une levée de fonds d’un milliard de dollars, Airbnb engrange un nouveau milliard de dollars.

Inquiétant ou rassurant ? Airbnb contracte une dette d’un milliard de dollars pour renforcer son coussin financier, afin d’affronter la chute d’activité consécutive à la pandémie mondiale de coronavirus. Le spécialiste de la réservation en ligne de locations saisonnières l’a conclue auprès d’un groupe de plus de 20 investisseurs, selon l’agence d’informations financières Bloomeberg. Parmi eux figurent Silver Lake, BlackRock Inc, Eaton Vance Corp, Fidelity Investments et T. Rowe Price Group.

Dans une déclaration du 14 avril, le groupe californien a confirmé qu’il avait obtenu des engagements nouveaux pour un montant total d’un milliard de dollars, mais n’a pas nommé d’investisseurs ni donné de détails. « Toutes les actions que nous avons menées au cours des dernières semaines garantissent qu’Airbnb sortira de la tempête de la pandémie encore plus forte, quelle que soit la durée de la tempête », assure le cofondateur Brian Chesky.

Airbnb, qui a récemment annoncé une levée d’un milliard de dollars, avait prévu en 2020 une introduction en Bourse, qui est vite devenue hautement improbable.

L’activité au point mort en France

En raison de la crise sanitaire, Airbnb France observe un phénomène d' »attente pour les réservations de la période juin-juillet-août », a indiqué son directeur général Emmanuel Marill au micro d’Europe 1. « C’est encore au point mort et les gens attendent d’en savoir plus, d’avoir plus d’assurance pour se projeter », a-t-il déclaré le 13 avril.

Selon Emmanuel Marill, les habitudes des Français vont changer pour la période estivale. « Je suis assez convaincu que le tourisme des prochains mois sera plus que domestique, il sera local. Les gens partiront à 100-150 kilomètres de chez eux, dans des régions qu’ils connaissent pour retrouver des amis, quelques moments de camaraderies qu’on a perdu depuis un mois ».

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique