Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Au Futuroscope, de lourds investissements pour « changer le modèle économique »

Nouvel hôtel, nouveau restaurant conceptuel et nouvelle attraction : la transformation du Futuroscope devient un peu plus concrète en 2022.

Annoncée en plein cœur de la pandémie, la modernisation du Futuroscope s’accélère et devient concrète. En effet, le parc de loisirs poitevin vient d’inaugurer Station Cosmos, un nouvel hôtel immersif de 76 chambres familiales, qui abrite Space Loop, un restaurant conceptuel accessible aux visiteurs du parc mais également aux clients extérieurs. Ajoutez la nouvelle attraction, Chasseurs de Tornades, qui ouvrira ses portes avant l’été, et vous obtenez une illustration parfaite du nouveau visage que veut afficher le Futuroscope.

Space Loop, le nouveau restaurant du Futuroscope, intégré à l’hôtel Station Cosmos.
© Florian De Paola

Pour rappel, le site va investir 300 millions d’euros dans les dix années à venir, principalement avant 2025, pour « changer son modèle économique », selon Rodolphe Bouin, le président du directoire du Futuroscope. « Nous voulons plus de chiffre d’affaires (150 millions d’euros en 2025, NDLR) et plus de visiteurs (2,5 millions à la même échéance) ». Ce qui permettrait au site de dégager 20 millions d’euros, chaque année, pour « entretenir et investir dans le nouveau parc du Futuroscope ».

Une grande place verdoyante à la place des parkings

Pour y parvenir, le Futuroscope mise donc sur de nouvelles expériences hôtelières (un autre hôtel ouvrira ses portes au printemps 2023), l’ajout d’attractions plus sensationnelles et l’inauguration d’un parc aquatique à l’horizon 2024. Plus globalement, toute l’organisation géographique du Futuroscope est retravaillée, en rognant notamment sur les « parkings surdimensionnés » qui devancent l’entrée du parc.

Concrètement, une « grande place arborée, verdoyante et animée » verra le jour sur ces parkings, et permettra de faire la jonction entre les infrastructures voisines – y compris celles qui ne sont pas exploitées par le Futuroscope, comme le simulateur de chute libre Gravity – et les futures installations du parc ». Ces investissements massifs, qui font partie de la mécanique du succès dans l’industrie des parcs de loisirs, doivent « faire venir les visiteurs de plus loin, et les faire rester plus longtemps ».

Réinventer la restauration

« Le Futuroscope doit faire savoir qu’il se modernise. C’est pour cela que nous construisons un espace aquatique, qui prolonge la visite d’une demi-journée, et que nous concédons tous ces investissements sur l’hôtellerie par exemple. Nous devons envoyer ce message au marché : le Futuroscope se transforme, et propose de nouvelles expériences ».

Une réflexion est également menée sur les différents espaces de restauration du site. « Ces cinq dernières années, nous avons rénové nos huit restaurants », explique Franck Floze, directeur de l’hôtellerie, de la restauration et des boutiques. La restauration, qui pèse pour un tiers du chiffre d’affaires du Futuroscope (environ 100 millions d’euros en 2019), est d’ailleurs un autre chantier investi par les équipes créatives du parc, qui planchent sur « un restaurant qui changerait de décor à chaque plat, grâce notamment aux effets spéciaux ».

Rodolphe Bouin et Franck Floze.
© Florian De Paola

Car si les investissements déjà officialisés sont majeurs, l’enveloppe qu’a obtenu le Futuroscope est conséquente. Et ouvre de nombreuses possibilités au parc pour atteindre la barre symbolique des 2,5 millions de visiteurs annuels.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique