Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Antoine Cachin propulsé à la tête de Fram

Rongé par des querelles familiales, le voyagiste toulousain a nommé Antoine Cachin (notre photo) à la tête du directoire hier, à l’occasion de son assemblée générale. Sans surprise, Marie-Christine Chaubet est donc contrainte de lui céder les rênes de Fra

Sans surprise, sous l’influence de Georges Colson, les actionnaires de Fram ont donc remercié Marie-Christine Chaubet. C’était hier, lors de l’assemblée générale des actionnaires du tour-opérateur, dans son fief toulousain. Une sorte de règlements de comptes familiaux, sur fond de lutte pour le pouvoir, six semaines après le décès du fondateur du TO Philippe Polderman.

C’est Antoine Cachin, consultant spécialisé dans le tourisme chez Itac, qui reprend les rênes de Fram. Depuis quelques jours, la rumeur donnait gagnant ce grand professionnel du tourisme, qui fut directeur marketing du Club Méditerranée, puis président d’Havas Voyages/Thomas Cook France. Georges Colson (président du Snav) est pour sa part confirmé dans sa position de président du conseil de surveillance, succédant ainsi à son beau-père. Cette reprise du pouvoir entamée il y a quelques jours, par celui qui a dirigé le TO pendant une quinzaine d’années, avait alors été qualifiée de « coup d’Etat » par Marie-Christine Chaubet, sa demi-sœur.

Marie-Christine Chaubet était présidente du directoire depuis juin 2005. Malgré son éviction par Georges Colson (détenteur de 39,7% du capital), qui a désormais le soutien d’Air France (8,7%) et d’une partie de l’actionnariat familial, elle est bien décidée à garder ses parts (40,93%). Un choix qui risque de compliquer la stratégie future du groupe, encore sous le choc d’un récent accident d’autocar au Maroc (12 morts).

En 2005, Fram avait renoué avec les bénéfices (dégageant un résultat net de 6,56M€), après deux années de pertes. Son chiffre d’affaires s’était élevé à 471M€. Le TO a connu en 2006 un exercice délicat, marqué par la chute des ventes sur deux de ses destinations phare, l’Egypte et la Turquie.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique