Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ana Domenech (Lastminute) : « L’Espagne recule de 30% depuis une semaine »

Après un excellent mois de juin, la dynamique des ventes ralentit pour Lastminute. Les explications d’Ana Domenech, directrice France de l’agence en ligne.

L’Echo touristique : Comment se présente la saison estivale, à ce jour ?

Ana Domenech : Nous enregistrons des tendances positives depuis la mi-avril. Après un bon mois de mai, nous avons connu un excellent mois de juin 2021, supérieur à juin 2019, surtout en package dynamique. Le panier moyen est également plus élevé*, ce qui tient à plusieurs phénomènes. Avant la crise, nous commercialisions beaucoup de week-ends et de city-breaks. Aujourd’hui, la part des séjours balnéaires s’avère plus importante. En raison du contexte sanitaire, les Français privilégient les lieux ouverts, et séjournent moins dans les villes. Sur le produit « package dynamique », l’Espagne et ses îles Baléares et Canaries arrivent en tête cet été, suivies de la Grèce et de la France. Depuis une semaine, nous notons toutefois un recul.

Le mois de juillet connaît des hauts et des bas.

Le mois de juillet est donc marqué par un ralentissement, en termes de ventes ?

Ana Domenech : Après un bon démarrage, le mois de juillet connaît des hauts et des bas. Certains jours, les ventes de Lastminute France sont meilleures qu’en 2019. D’autres jours, elles sont moins bonnes. C’est assez imprévisible. Les gens sont inquiets par rapport aux variants Delta et Delta Plus. Depuis le 14 juillet, les réservations semblaient reprendre, mais la tendance reste incertaine. Nous espérons que l’été n’est pas terminé…

C’est une baisse globale ou restreinte à quelques destinations comme l’Espagne, suite à la déclaration malheureuse du secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Clément Beaune ?

Ana Domenech : La baisse est un peu globale. La déclaration de Clément Beaune et le climat d’ensemble ont donné un coup de frein général, qui est plus marqué sur l’Espagne. Nous n’avons toutefois pas noté de recul sur la Grèce.

L’Espagne, qui représente 40% de nos ventes en package dynamique, recule de 30% sur la dernière semaine, par rapport aux sept jours précédents.

Le souci, c’est que nous avons nettement moins de destinations qu’avant la crise. Notre terrain de jeu se résume à la France, l’Espagne, la Grèce, l’Italie… Il nous manque la Tunisie, le Maroc, la Turquie et le long-courrier. La Tunisie séduisait une part significative de nos clients en 2019.

Pour les hôtels et les logements alternatifs, nous observons une progression de 41% du panier moyen.

Donc, la déclaration de Clément Beaune est fortement regrettable…

Ana Domenech : Ce que je constate, c’est que mes confrères observent eux aussi une baisse sur l’Espagne. Oui, il faut faire attention à ce que l’on déclare (en tant que personnalité politique, NDLR). Clément Beaune n’a pas évoqué d’interdiction, les conditions d’entrée n’ont pas changé. Mais les clients sont très à l’écoute des conseils venant des membres du gouvernement, et s’interrogent ensuite sur leurs projets de vacances. La réalité, aussi, c’est que nous connaissons un nombre croissant de contaminations avec la présence du variant dans plusieurs pays. Il est question de couvre-feu et de confinements ici et là. Le climat général et la crainte d’une nouvelle vague interrogent.

Quel est l’impact de l’allocution récente du président Emmanuel Macron ?

Ana Domenech : Son message concourt à dire que pour vivre normalement, il faut être vacciné. Ce sera indispensable pour aller dans un centre commercial, au café, et monter dans un avion. Le vaccin est la seule façon de sortir de cette crise, notamment pour notre secteur.

Quelles sont les autres tendances de l’été ?

Ana Domenech : L’engouement des hébergements alternatifs comme les appartements, les villas et les appart-hôtels. Avec la crise, les Français aspirent à plus d’intimité et d’autonomie. Sur notre site Lastminute.com, nous avons mis en avant ce type de logements pour répondre à ces nouvelles attentes. Nous travaillons avec des agrégateurs comme Booking.com et Expedia, ce qui nous permet de proposer un million de logements alternatifs. Pour les hôtels et les logements alternatifs, nous observons une progression de 41% du panier moyen. Cette catégorie de logements et la durée du séjour n’évoluant pas, nous constatons une réelle augmentation du budget vacances pour les Français cet été. Autre tendance, sur le mois de juillet, 55% de nos réservations (des catégories hôtels, packages dynamiques et séjours TO, NDLR) ont une date de départ dans les prochains 14 jours. Et 75% de nos réservations ont une date de départ dans les prochains 30 jours. 

*536 euros par nuit dans un hôtel en 2021, versus 379 euros en 2019. Et 2 173 euros par dossier de package dynamique (logement + transport) en 2021, versus 1 936 euros en 2019 à 2 173 euros en 2021 soit une augmentation de 12%.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique