Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Air France stoppe les Antilles depuis Paris-Roissy

 » Air France indique qu' après plus d'un an et demi d'exploitation, le bilan économique des vols Paris-CDG Antilles ne lui permet pas de poursuivre la desserte de la Guadeloupe et de la Martinique, destinée à séduire une clientèle européenne

La compagnie aérienne française Air France a annoncé mercredi la fin de la desserte de la Guadeloupe et de la Martinique au départ de Roissy-Charles-de-Gaulle "à compter du 13 mai 2013".

Dans un communiqué publié à Fort-de-France, Air France évoque le "transfert des vols Antilles de Paris-Charles-de-Gaulle vers Orly" à cette date et le "maintien de l'offre existante avec deux vols quotidiens au départ de Paris Orly vers Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) et Fort-de-France (Martinique)".

C'est la troisième fois en l'espace de quelques années, qu'Air France se voit contrainte d'arrêter ses rotations vers les Antilles françaises au départ de Roissy.

Une volonté des Antilles

La réouverture de cette desserte vers la Guadeloupe et la Martinique, début novembre 2011, avait été annoncée par l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy lors d'un voyage en janvier de la même année à l'occasion de la présentation de ses voeux aux outremers. Elle avait été réclamée avec insistance par les professionnels des deux îles pour relancer le tourisme vers leur destination. Le "hub" de Roissy permettant, selon eux, de capter une clientèle plus internationale en facilitant les correspondances. Ces professionnels s'y étaient fortement impliqués en signant "un contrat destination" avec l'État, les collectivités locales et Air France notamment.

Depuis, Corsair et Air Caraïbes ont signé un accord pour desservir ensemble les Antilles, depuis Orly. Et surtout XL Airways s'est lancée à son tour dans la danse, en version low cost, de CDG.

Des résultats décevants

"Malgré les moyens mis en place et les efforts consentis, la part du trafic européen de et vers les Antilles françaises est restée à 8% sur
janvier/octobre 2012, très en deçà des attentes", souligne Air France. L’atonie des marchés italiens et espagnols notamment dans un contexte de crise n’ont donc pas permis la poursuite de l’expérience.

A lire : Les Antilles françaises se méfient des effets d'annonce.

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique