Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Pour Bruno Le Maire, Air France ne pourra plus vendre de vols entre Paris et une ville à moins de 2h30 en TGV

La compagnie Air France ne pourra plus vendre de billets d’avion entre la capitale et les villes françaises situées à moins de 2h30 en TGV.

Auditionné par la Commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale, Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, a rappelé que « le soutien à Air France n’est pas un chèque en blanc ». L’aide historique de 7 milliards d’euros accordée par l’Etat à la compagnie nationale pour faire face à la crise du Covid-19 implique en contrepartie qu’elle « devra faire des efforts ».

« Air France doit devenir la compagnie aérienne la plus respectueuse de l’environnement », a expliqué le ministre. Pour cela, la compagnie devra entre autre « réduire de 50% ses émissions de CO2 par passager et par kilomètre entre 2005 et 2030 ». Et également faire baisser de 50% « son volume d’émissions de CO2 sur ses vols métropolitains d’ici la fin 2024″. Pour y arriver Air France va devoir  » revoir la mobilité sur le territoire français », a poursuivi Bruno Le Maire.

Des vols courts limités au transfert vers un hub

Concrètement, « dès lors qu’il y a une alternative ferroviaire à des vols intérieurs avec une durée de moins de 2h30, ces vols intérieurs devront être drastiquement réduits et limités simplement aux transferts vers un hub ».

Une telle contrainte obligerait Air France à ne plus vendre de billets entre Paris (Roissy ou Orly) et Rennes, Nantes, Bordeaux et Lyon. Seuls les passagers utilisant ces vols intérieurs pour se rendre ensuite ailleurs en Europe ou dans le reste du monde, y compris l’outremer, pourraient être acheminés depuis ces quatre villes vers l’aéroport où ils prendront leur correspondance. « L’avion ne doit plus être un moyen de faire en 1h ou 1h15 des transports qui pourraient se faire à moindre coût de CO2 par train en 2h ou 2h30. Ce doit être la règle et nous la ferons respecter », a encore prévenu le locataire de Bercy.

Cette décision devrait directement impacter le réseau de Hop. Ben Smith a expliqué devant le Sénat, la semaine dernière, que la filiale régionale d’Air France avait commencé à être restructurée depuis juin dernier et que le processus allait être « accéléré et accentué » afin de limiter au maximum les pertes. Le réseau de La Navette vers Nice, Toulouse, Marseille, Montpellier ne devrait pas être modifié.

A lire aussi :

3 commentaires
  1. Philippe Blondeau dit

    En fait les navetteurs Air France devront s’adapter avec le TGV, juste un habitude à changer …

  2. Anonyme dit

    Atteinte à la liberté de choix !
    Pour au bout pas grand chose

  3. Eric dit

    C’est proprement scandaleux. Il suffit de prendre un vol Paris Bordeaux pour s’apercevoir que la grande majorité des voyageurs sont des pros en déplacement à la journée. Ce qui est impossible à faire en train, surtout quand la destination est la zone aéroport.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique