Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Voyage en Europe : Paris envisage une réouverture des frontières fin juin… au plus tôt

Le secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne a donné quelques indications suite à une réunion, mercredi, avec ses homologues européens.

Les Français pourront-ils facilement voyager dans tous les pays de l’Union européenne cet été ? Les Européens seront-ils, dans le même temps, les bienvenus dans notre pays ? Il faudra patienter encore quelques semaines avant d’avoir des réponses précises. « Le travail est en cours », a rappelé avec prudence Jean-Baptiste Lemoyne. « A la mi-juin, nous aurons au niveau européen une vision un peu complète, pour une possible entrée en vigueur fin juin ou début juillet », a déclaré le secrétaire d’Etat en charge du tourisme. C’était à l’issue d’une réunion, mercredi 20 mai, des ministres du tourisme de l’Union européenne (UE). Naturellement, la « date pivot » du 15 juin et les éventuelles levées progressives de restrictions de circulation supposent que la pandémie demeure sous contrôle.

Les Français ne pourront pas voyager en Europe avant le 15 juin, au minimum, avait précédemment annoncé le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

Une nécessaire coordination

Jean-Baptiste Lemoyne a aussi évoqué la nécessaire coordination entre les Etats membres de l’Union européenne, alors que des pays appellent déjà les touristes étrangers à revenir. C’est le cas de l’Italie, qui se dit déjà prête à accueillir des visiteurs européens dès le 3 juin. De son côté, la Grèce a annoncé que des vols directs avec l’étranger reprendront progressivement dès le 1er juillet, sans quarantaine à l’arrivée. La concurrence entre destinations étrangères monte d’un cran à l’approche de l’été.

« Tout le monde a bien conscience des enjeux du calendrier, avec cette saison estivale qui approche », a commenté le  ministre. « Il y a eu une convergence (d’idées) sur les critères qui permettent de conduire à une levée progressive des restrictions dans les transports et des contrôles. »

Une plate-forme européenne en gestation

En prévision de la reprise, une plateforme européenne d’informations doit être mise en ligne, a priori courant juin. Objectif : consolider les informations pratiques sur les formalités d’entrée dans chaque pays de l’UE : accès, transports, mesures… Chaque Européen aura ainsi « un outil très précieux » pour « préparer les vacances et les déplacements », à travers son smartphone. Même si, « le principal moteur du tourisme sera national », en France comme dans plusieurs pays voisins, a rappelé Jean-Baptiste Lemoyne. Plus de la moitié des Français qui sont partis en vacances en 2019 prévoyaient de rester dans l’Hexagone. Un pourcentage qui devrait fortement croître en 2020. D’autant que le gouvernement encourage avant tout un tourisme tricolore.

Le secrétaire d’Etat a aussi évoqué la prise de conscience partagée avec ses pairs de la « magnitude de la crise » de la Covid-19 et des risques qui pèsent sur le secteur. Le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton a évoqué le « besoin urgent » pour des millions de personnes de « retrouver leur travail », a-t-il souligné. Des millions de TPE et de PME, dont de nombreuses entreprises familiales, travaillent dans le secteur du tourisme. Au-delà de la crise et de la reprise, l’UE planche sur un Forum européen du tourisme organisé cet automne, qui abordera la crise sanitaire, le tourisme de demain et le digital.

A lire aussi :

4 commentaires
  1. Catherine Abel-Smith dit

    France, toujours en marge, jamais comme les autres, frileuse dans toutes ses décisions… rien ne change

  2. CHRISTIAN FERRARESE dit

    Sale méthode pour ce gouvernement français de vouloir à tout prix nous obliger à passer des vacances chez nos voisins européens.

  3. AB dit

    C’est effectivement la bonne lecture… et c’est idiot. La France est la destination touristique No 1, elle en a plus à perdre qu’à gagner. Puis, dans ces conditions et avec ces arguments, il y a ce petit principe de liberté qui reprend la main.

  4. Labbé dit

    Duplicité du gouvernement: d’un côté on la joue Européen s purs et durs, de l’autre on fait tout pour que les Français passent leurs vacances en France et surtout pas à l’eteanger. Et si les autres Pays faisaient la même chose dorénavant?

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique